Accueil>...>Qualité sanitaire des ressources en eau>Une qualité des eaux de baignade globalement satisfaisante mais qui reste fragile

Une qualité des eaux de baignade globalement satisfaisante mais qui reste fragile

Mathias GENT  DREALParmi les activités touristiques et ludiques estivales, la baignade représente une de celles qui est la plus appréciée et la plus pratiquée. La population rhônalpine et les touristes recherchent des lieux de baignade offrant un environnement accueillant, préservé des pollutions et des nuisances. Si la qualité des eaux de baignade représente d'abord un enjeu de santé publique, elle est désormais également devenue un enjeu de développement du tourisme et des loisirs.

Les normes de qualité des eaux de baignade, définies par le Code de la santé publique, portent sur des paramètres bactériologiques (basés sur des indicateurs de contamination fécale) et des paramètres physico-chimiques (coloration et transparence de l'eau, présence d'huiles minérales, de mousses, de matières flottantes, présence d'odeurs). Les résultats obtenus sur ces différents paramètres permettent de classer le site dans une des catégories suivantes :

  • Classe A : eau de très bonne qualité
  • Classe B : eau de qualité moyenne
  • Classe C : eau pouvant être momentanément polluée
  • Classe D : eau de mauvaise qualité

Les eaux classées en catégories A et B sont conformes aux normes et celles classées en catégories C et D sont non conformes et peuvent donc être interdites à la baignade.

Qualité des eaux de baignade en eau douce au cours de la saison balnéaire 2010

Qualite des eaux de baignade en eau douce

(source : Bilan du contrôle sanitaire des sites de baignade en 2010, ARSAgence régionale de santé, Service de l'État ayant pour mission de mettre en place la politique de santé dans la région. Créée en 2010, l'ARS regroupe en une seule entité plusieurs organismes chargés au préalable des politiques de santé dans la région et les départements : directions régionales et départementales des affaires sanitaires et sociales (DRASS et DDASS), agences régionales de l'hospitalisation (ARH), groupements régionaux de santé publique (GRSP), Unions régionales des caisses d'assurance maladie (URCAM)... Rhône-Alpes)

99% des 238 sites de baignade rhônalpins contrôlés en 2010 sont conformes aux normes européennes (55% en catégorie A et 44% en catégorie B). Seuls deux sites, en Ardèche et en Haute-Savoie sont non-conformes. De manière générale au cours des dernières années, les non-conformités concernent le plus souvent des sites de rivières et sont notamment liées à l'insuffisance de l'assainissement, notamment par temps de pluie ou de pollutions accidentelles.

Le cadre réglementaire français de la surveillance des eaux de baignade est en cours de révision pour intégrer les exigences européennes, et impliquera dès 2012 la mise en place de nouvelles catégories de qualité pour les eaux douces : 3 catégories conformes (excellente qualité, bonne qualité, qualité suffisante) et une catégorie non-conforme. Les simulations réalisées sur la base des règles de calcul de ce futur classement européen à partir des résultats des quatre dernières années montrent qu'une vingtaine de sites présenteraient une qualité insuffisante et se trouveraient donc en situation de non-conformité en Rhône-Alpes. Les efforts doivent donc être maintenus pour diminuer les diverses pollutions de l'eau, notamment dans les rivières qui sont les plus exposées aux pollutions chroniques.

De plus, ce nouveau cadre impose l'établissement de profils de vulnérabilitéDans le domaine des risques, la vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible d'un phénomène naturel ou technologique (aléa) sur des enjeux. pour chaque site de baignade. En novembre 2011, une vingtaine de profils de vulnérabilité sont élaborés et validés, tandis qu'environ 80 sites de baignade sont concernés par une démarche en cours.

Focus