Accueil>...>Des situations d'exposition contrastées au sein des différents territoires de la région selon les saisons>Une persistance de quelques points noirs à proximité de sites industriels

Une persistance de quelques points noirs à proximité de sites industriels

 Dans les zones situées à proximité immédiate d'une source industrielle ou sous les vents dominants de celle-ci, un réseau de surveillance spécifique de la qualité de l'air est mis en place. Ces zones représentent 3,2% de la population régionale. Elles concernent notamment :

  • le sud lyonnais, également appelé « la vallée de la chimie » en raison de la présence de nombreuses industries chimiques,
  • le pays roussillonnais où sont implantés plusieurs établissements du secteur de la chimie, du traitement des déchets, du verre,
  • le sud grenoblois, accueillant de nombreux établissements du secteur mécanique et traitement de surface, chimie, traitement des déchets,
  • la vallée de la Maurienne, avec des établissements du secteur de la chimie et de la métallurgie / sidérurgie.
    Le Pays Roussillonnais, le sud Grenoblois, le sud Lyonnais, la vallée de l'Arve et la zone d'Oyonnax sont identifiés dans le PRSE2 comme des zones de surexposition sur lesquelles des études doivent être engagées.

Il est constaté une diminution pour l'ensemble des polluants. Modérée pour le NO2Dioxyde d'azote. Voir aussi NOx., elle est notable pour le benzèneLe benzène est un hydrocarbure aromatique cancérigène. Il est contenu dans les produits pétroliers comme l'essence ou le fioul. Il est rejeté lors de leur combustion ou par simple évaporation sous l'effet de la chaleur (réservoirs automobiles). et très significative pour le SO2 avec -25% au cours des années 2000.

En 2009, une seule station de proximité industrielle, et pour un seul polluant, dépasse une valeur limite européenne (PM10 en valeur limite journalière). Le niveau critique de protection pour la végétation vis-à-vis des oxydes d'azotePolluant atmosphérique (monoxyde d'azote + dioxyde d'azote) issu de la combustion de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole, essence...). Le dioxyde d'azote (NO2) est irritant pour les bronches. Le monoxyde d'azote (NO) n'est pas toxique pour l'homme aux concentrations auxquelles on le rencontre dans l'environnement. est quant à lui largement dépassé. Les autres polluants restent en deçà des valeurs réglementaires (NO2, SO2, benzène et métaux lourds).