Accueil>...>Une nouvelle gouvernance>Une nouvelle gouvernance

Une nouvelle gouvernance

 Le GrenelleDans le cadre du profil environnemental de la région Rhône-Alpes, utilisé pour désigner le '' Grenelle de l'environnement ''. Initié en 2007, le Grenelle de l'environnement a réuni pour la première fois, l'État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Une première phase de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes organisées en 5 collèges (État, élus, représentants des entreprises, organisations syndicales de salariés, associations et fondations de protection de l'environnement) a permis d'aboutir à 268 engagements en faveur de l'environnement. 34 comités opérationnels ont ensuite travaillé pour proposer des actions concrètes pour la mise en oeuvre des engagements. La traduction législative des engagements du Grenelle Environnement s'est faite principalement à travers deux lois : la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement dite loi Grenelle 1 promulguée le 3 août 2009, et la loi portant engagement national pour l'environnement dite loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010. Le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), placé auprès du Ministre en charge de l'écologie assure le suivi de la mise en oeuvre des engagements du Grenelle et apporte son concours à la politique du Gouvernement en faveur du développement durable. de l’environnement a conduit à la mise en place d’une nouvelle forme de gouvernance, dite « à 5 », réunissant dans différentes démarches, l'État, les élus, les syndicats représentatifs des salariés, les entreprises et les associations.
En parallèle, l’organisation de l’État a été profondément modifiée pour assurer une meilleure intégration de l’environnement dans les politiques publiques, en particulier dans celles qui présentent l’impact le plus fort.
Dans les territoires, la gouvernance s'appuie sur le développement de politiques partenariales permettant d'associer la société civile aux décisions. La concertation et la consultation sur les questions d'environnement prennent leur place au sein de comités, commissions thématiques, plans régionaux ou à l'occasion de projets et procédures spécifiques.
Deux outils d'aide à la décision ont été rénovés afin que les impacts sur l’environnement de projets de travaux ou d'aménagement fassent l'objet d'un examen encore plus approfondi. Ces projets sont soumis à l'avis de l'Autorité environnementale et font, dans la plupart des cas, l'objet d'enquêtes publiques voire de débats publics permettant de consulter le public avant les prises de décisions.