Accueil>...>Une artificialisation des sols supérieure à la moyenne nationale>Une imperméabilisation croissante des sols à l'origine de perturbations du cycle de l'eau

Une imperméabilisation croissante des sols à l'origine de perturbations du cycle de l'eau

DREAL / Com

L’imperméabilisation des sols
artificialisés c’est-à-dire l’incapacité des sols revêtus à laisser l’eau s’infiltrer ou s’évaporer s’oppose à l’activité biologique des sols et rend difficile les possibilités de recharge des eaux souterraines. Or en Rhône-Alpes, la grande majorité de l’eau destinée à l’alimentation en eau potable provient de ressources souterraines, en particulier dans les secteurs de plaines et de vallées, qui sont les plus concernés par l’artificialisation.

L’imperméabilisation des solsIncapacité des sols revêtus à laisser l'eau s'infiltrer ou s'évaporer, rendant ainsi difficile le rechargement des masses d'eaux souterraines et contribuant au ruissellement et à l'aggravation du risque inondation. contribue également à aggraver le risque inondation, par l’intensification des phénomènes de ruissellementÉcoulement des eaux de pluie à la surface du sol pouvant transporter notamment des polluants et, ne s'infiltrant pas, empêchant les eaux souterraines de se renouveler. et la diminution des zones d’expansion des crues, qui peut se traduire par l’augmentation du nombre de biens et personnes exposés. Cette problématique est particulièrement forte en Rhône-Alpes, le risque inondation concernant près des deux tiers des communes.