Accueil>...>Des consommations énergétiques toujours en augmentation et dominées par les produits fossiles>Une croissance continue des consommations d'énergie des transports liée à celle des distances parcourues par la route

Une croissance continue des consommations d'énergie des transports liée à celle des distances parcourues par la route

Laurent Mignaux - MEDDTL
Le transport est le troisième secteur le plus consommateur d'énergie finale (28% en 2007 en Rhône-Alpes) et sa part dans la consommation régionale est inférieure à la moyenne nationale (32% en 2007). Les consommations d'énergie des transports sont dues à plus de 95% aux déplacements de personnes et au transport de marchandises par la route.

L'augmentation des consommations d'énergie liées aux transports est modérée, mais elle se poursuit quasiment au même rythme depuis 1990 (+0,5% par an), malgré le renouvellement du parc automobile et l'évolution de la réglementation qui se traduisent par la diminution des consommations par véhicule et au kilomètre.

La forte augmentation des distances parcourues et en particulier des distances domicile-travail, trajets parcourus quotidiennement, pèse fortement dans le bilan énergétique des déplacements. En 2007 d'après l'INSEEInstitut national de la statistique et des études économiques., la moitié des actifs parcourt plus de 6,2 km pour se rendre à leur travail contre 4,9 km en 1999. Cette dynamique est fortement liée au phénomène d'étalement urbain qui concerne de nombreux territoires régionaux, et doit être prise en compte dans les politiques foncières et d'aménagement des acteurs locaux, pour favoriser des organisations spatiales plus économes en déplacements, et donc en énergie. L'augmentation des distances quotidiennes parcourues en voiture participe également à la vulnérabilitéDans le domaine des risques, la vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible d'un phénomène naturel ou technologique (aléa) sur des enjeux. énergétique des ménages, dans un contexte d'augmentation des prix des carburants.

L'augmentation des distances parcourues sur la route traduit également une part modale encore faible et en lente progression des modes alternatifs à la route pour les déplacements de personnes (transports collectifs urbains et interurbains, vélo, marche,...) et pour le fret (rail, voies d'eau).Il existe de fortes disparités entre territoires quant à la part des modes alternatifs à la voiture, plutôt plus importantes en zones urbaines qu'en zone péri-urbaine ou rurale. Le covoiturage est également l'un des leviers pour réduire les déplacements routiers.