Accueil>...>Des situations d'exposition contrastées au sein des différents territoires de la région selon les saisons>Une connaissance de plus en plus précise des secteurs affectés par des dégradations de la qualité de l'air

Une connaissance de plus en plus précise des secteurs affectés par des dégradations de la qualité de l'air

La région se caractérise par une grande diversité des situations territoriales : des zones urbaines très peuplées, des vallées au sein des Alpes et du Massif Central abritant des activités variées, des zones rurales et de montagne moins densément occupées par l'homme. La pollution atmosphérique touche tout ou partie de ces territoires, la nature des dégradations y étant toutefois différente. Les travaux menés dans le cadre de l'élaboration du SRCAEInstauré par la loi Grenelle 2, le schéma régional climat air énergie est un nouveau document d'orientation stratégique qui est élaboré conjointement par l'État et la Région. Il définit les orientations et les objectifs régionaux aux horizons 2020 et 2050 en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de maîtrise de la demande énergétique, de développement des énergies renouvelables, de lutte contre la pollution atmosphérique et d'adaptation au changement climatique. Il est en cours d’élaboration en Rhône-Alpes. ont permis de dresser une typologie régionale de différentes zones en fonction des dégradations principales de la qualité de l'air qui les caractérisent : zones rurales, zones urbaines, zones de proximité industrielle et zones de déplacements.

Zonage régional établi en fonction des types d'exposition à la pollution de l'air

zonage regional pollution de l'air

(Source : Diagnostic du SRCAE volet gaz à effet de serre et polluants atmosphériques, mars 2011)

Par ailleurs ont été définies des zones sensibles pour la qualité de l'air (selon une méthode élaborée par le Ministère en charge de l'écologie et le réseau des AASQA), c'est-à-dire les zones où les actions en faveur de la qualité de l'air doivent être jugées préférables à d'éventuelles actions portant sur le climat et qui pourraient agir en sens contraire. Ces zones correspondent à des secteurs marqués par une pollution de fond ou des dépassements constatés ou potentiels pour les oxydes d'azotePolluant atmosphérique (monoxyde d'azote + dioxyde d'azote) issu de la combustion de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole, essence...). Le dioxyde d'azote (NO2) est irritant pour les bronches. Le monoxyde d'azote (NO) n'est pas toxique pour l'homme aux concentrations auxquelles on le rencontre dans l'environnement. et/ou les particules, et présentant une sensibilité propre : densité de population, espaces naturels protégés... Sont logiquement concernés les grands bassins de vie, les axes majeurs de circulation et les fonds de vallées alpines, ces dernières étant caractérisées par des conditions aggravantes d'accumulation des polluants. Ce sont ainsi 22% des communes et 70% de la population qui sont concernés en Rhône-Alpes.

Zones sensibles pour la qualité de l'air

Zones sensibles pour la qualité de l'air

(Source : Diagnostic du SRCAE volet gaz à effet de serre et polluants atmosphériques, mars 2011)