Une augmentation de certains risques naturels en particulier en montagne

Laurent Mignaux - MEDDTL 

L'impact du changement climatique sur la fréquence et l'intensité des risquesLe risque est la probabilité que survienne un phénomène, d’origine naturelle ou technologique, pouvant constituer une menace pour les personnes, les biens, l’économie, l’environnement, etc. Le niveau de risque est estimé au regard des conséquences qu’aurait le phénomène s’il se produisait : plus les pertes potentielles sont élevées, plus le risque est important, et inversement. Il se mesure en croisant les données relatives à l’aléa, aux enjeux exposés et à leur vulnérabilité. naturels reste difficile à apprécier et fait l'objet de nombreuses recherches en région.

Les périodes sèches et chaudes plus longues et plus fréquentes devraient se traduire par la multiplication des feux de forêts, non seulement dans la Drôme et en Ardèche, mais sur une grande partie de la région.

Le risque lié au retrait-gonflement des argiles, qui concerne à des degrés divers une grande partie du territoire, sera accru par l'augmentation des épisodes de sécheresse.

Des incertitudes demeurent quant aux impacts du changement climatique sur la fréquence et l'intensité des épisodes cévenoles. Cependant, le risque de crues rapides et torrentielles ne diminuerait pas malgré la baisse des précipitations simulée par les modèles développés dans le cadre du projet européen ClimChAlp (Région Rhône-Alpes, ONERCObservatoire national sur les effets du réchauffement climatique, PRGN) à l'échelle de l'arc alpin (source : Travaux préparatoires du SRCAEInstauré par la loi Grenelle 2, le schéma régional climat air énergie est un nouveau document d'orientation stratégique qui est élaboré conjointement par l'État et la Région. Il définit les orientations et les objectifs régionaux aux horizons 2020 et 2050 en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de maîtrise de la demande énergétique, de développement des énergies renouvelables, de lutte contre la pollution atmosphérique et d'adaptation au changement climatique. Il est en cours d’élaboration en Rhône-Alpes. - fiche risques).

En montagne, l'impact des crues et laves torrentielles devrait en outre être accentué par l'apport de matériaux issus du dégel des glaciers et du pergélisol. Du fait de l'élévation de la limite pluie/neige, les crues hivernales devraient être plus intenses et plus fréquentes ; les crues de fonte printanière seraient en revanche réduites. La fonte du pergélisol est également un facteur de déstabilisation des sols de montagne pouvant conduire à la recrudescence des éboulements, laves torrentiels,... Ces différents risquent pouvant en outre être accentués par le dépérissement dû à l'inadaptation des essences à l'augmentation de la chaleur de certaines forêts de montagnes assurant une protection des biens et des personnes (stabilisation des terrains, prévention des avalanches et des chutes de bloc).