Accueil>...>Une usage eau potable à assurer sur le long terme aussi bien en qualité qu'en quantité>Une alimentation en eau potable assurée essentiellement par les ressources en eau souterraine

Une alimentation en eau potable assurée essentiellement par les ressources en eau souterraine

 DREAL

En région Rhône-Alpes, plus de 95% des captages utilisés et 88% des volumes d’eau captés pour l’usage eau potable sont d’origine souterraine, exception faite du département de la Loire où les masses d’eau souterraine sont très peu exploitables. Les départements de l’Ain et de la Drôme n’utilisent quant à eux que des ressources d’origine souterraine pour leur alimentation en eau potable. Les prélèvements s’effectuent plutôt dans des aquifères liés aux grands cours d’eau pour les grandes agglomérations et dans des ressources plus petites et fragiles dans les zones de montagne.

Parmi les eaux superficielles sollicitées pour produire de l’eau destinée à la consommation humaine, les eaux courantes (cours d’eau, canaux) demeurent très majoritaires par rapport aux eaux des lacs ou retenues. Les grands lacs alpins constituent toutefois une réserve d’eau douce majeure.

Nombre et débits des captages destinées à l’alimentation en eau potable en 2012

Eau
Département Nombre de captages Débit en m3/j
Ain 424 103326
Ardèche 688 111790
Drôme 541 115511
Isère 1103 416767
Loire 619 193016
Rhône 358 451246
Savoie 1201 164146
Haute Savoie 930 216366
Rhône-Alpes 5864 1772168

(source  ARS)

La région se caractérise également par un nombre important de captages de petite taille : les trois quarts des captages ont une capacité inférieure à 100 m3/j ; ils représentent moins de 10% des volumes. A l’inverse, une douzaine de captages de grande capacité (10 000 m3/j et plus), représentant moins de 0,5% du parc, assurent près de 12% de la production.

Selon les départements, le nombre de captages publics varie de moins de 500 (départements de l’Ain et du Rhône) à plus de 1 000 (départements de l’Isère et de la Savoie). Les ouvrages sont plus nombreux en zone de montagne qu’en plaine, en liaison avec la dispersion de l’habitat. Ainsi, le département du Rhône très peuplé est desservi par un petit nombre d’installations pour un débit capté important. Inversement, le département de la Savoie dispose d’un nombre important de captages pour un débit capté relativement faible.