Accueil>...>Un risque diffus lié au transport de matières dangereuses, accru le long des axes de communication stratégiques>Un réseau routier et ferroviaire supportant un important trafic de matières dangereuses

Un réseau routier et ferroviaire supportant un important trafic de matières dangereuses

Arnaud Bouissou - MEDDTL 

Des quantités importantes de matières dangereuses circulent sur les réseaux routiers et ferroviaires, ainsi que par voie fluviale. En ce qui concerne le risque d'accident, il est admis que le transport fluvial est le mode le plus sûr, avec un taux d'accidentologie quasi nul, suivi par le fer puis la route. En Rhône-Alpes, les flux sont de l'ordre de 3000 à 4000 poids lourds transportant des matières dangereuses par jour, que ce soit en desserte locale ou en transit (estimation 2006). Lors d'un accident, les quantités de matières pouvant être mises en jeu sont bien plus faibles que lors d'un accident sur un site industriel, le périmètre touché sera donc bien moins grand. Cependant, les accidents pouvant survenir partout sur le territoire, des zones à forte densité de population peuvent être concernées. Ceci est particulièrement vrai pour les agglomérations lyonnaise et grenobloise à travers lesquelles transitent un tonnage important de produits dangereux, s'ajoutant aux flux de matières générés par l'activité des sites industriels qui y sont implantés.

La prévention en matière de TMDTransport de matières dangereuses repose sur différentes obligations réglementaires auxquelles sont soumis les acteurs du transport : signalisation et équipement du véhicule, restriction de circulation, formation spéciale des conducteurs...
Certaines infrastructures de stationnement, chargement, déchargement de matières dangereuses doivent faire l'objet d'une étude de dangers, comme les installations classées soumises à autorisation. En Rhône-Alpes, 10 infrastructures de transport sont assujetties à la réalisation d'une telle étude :

  • deux infrastructures ferroviaires : gares de triage de Sibelin (69) et de Saint-Jean-de-Maurienne (73)
  • une infrastructure portuaire : port de Lyon Edouard Herriot (69)
  • sept infrastructures routières : aires autoroutières de Saint Rambert D'Albon est et ouest (26), Montélimar est et ouest (26), Roussillon (38), Rieu Sec (73) et Aiton-Bourgneuf (73).

Dans les gares de triage, la SNCF met en place des plans marchandises dangereuses.

Des études spécifiques ont été conduites à Lyon et Grenoble. Dans l'agglomération lyonnaise les travaux du SPIRALSecrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles de l'agglomération lyonnaise. ont débouché sur un plan de circulation des matières dangereuses par la route adopté par arrêté préfectoral en 2000. Dans le cadre du SPIRAL, l'élaboration d'un nouveau livre blanc a été engagé visant l'ensemble des modes de transport et la révision de l'arrêté de 2000 est envisagée pour 2012. Il prend en compte des projets comme le contournement de Lyon par le fret ferroviaire et le fret routier (interdiction du tunnel de Fourvière aux poids lourds) ou la future plateforme de ferroutage dans le contexte de l'axe ferroviaire de fret Lyon Turin. Dans le cadre de la mise en place du SPPPYSecrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles de l'agglomération grenobloise. de la région Grenobloise, un groupe de réflexion sur le transport de matières dangereuses par route a également été constitué en 2011.