Un développement de la gestion écologique et durable de la forêt

Arnaud Bouissou - MEDDTL La région compte 15 réserves biologiques domaniales et forestières couvrant 3 700 hectares. Outre les mesures dont bénéficient les importantes surfaces de forêts situées dans des espaces naturels protégés, celles localisées au sein du réseau Natura 2000Le réseau européen Natura 2000 est un réseau de sites écologiques qui vise à la fois la préservation de la diversité biologique et la valorisation du patrimoine naturel des territoires. Le maillage de sites s'étend sur toute l'Europe de façon à rendre cohérente cette initiative de préservation des espèces et des habitats naturels. Deux directives européennes - directive Oiseaux et directive Habitats faune flore  -  établissent la base réglementaire de ce grand réseau écologique européen. Les sites désignés au titre de ces deux directives forment le réseau Natura 2000. La directive Oiseaux, adoptée en 1979, propose la conservation à long terme des espèces d'oiseaux sauvages de l'Union européenne en ciblant 181 espèces et sous-espèces menacées qui nécessitent une attention particulière. Plus de 3 000 sites ont été classés par les États de l'Union en tant que zones de protection spéciales (ZPS). La directive Habitats faune flore, adoptée en 1992, établit un cadre pour les actions communautaires de conservation d'espèces de faune et de flore sauvages ainsi que de leurs habitats. Cette directive répertorie plus de 200 types d'habitats naturels, 200 espèces animales et 500 espèces végétales présentant un intérêt communautaire et nécessitant une protection. Des zones spéciales de conservation (ZSC) sont mises en place pour la protection de ces habitats et espèces. font l'objet d'actions de gestion et d'évaluation de l'incidence de la sylviculture spécifiques. 6 200 hectares de forêts situés principalement dans la Drôme et la Savoie bénéficient par ailleurs d'un classement en forêt de protection vis-à-vis des risquesLe risque est la probabilité que survienne un phénomène, d’origine naturelle ou technologique, pouvant constituer une menace pour les personnes, les biens, l’économie, l’environnement, etc. Le niveau de risque est estimé au regard des conséquences qu’aurait le phénomène s’il se produisait : plus les pertes potentielles sont élevées, plus le risque est important, et inversement. Il se mesure en croisant les données relatives à l’aléa, aux enjeux exposés et à leur vulnérabilité. naturels.

L'absence d'exploitation de certaines forêts difficiles d'accès entraîne leur vieillissement, avec des conséquences économiques évidentes (perte de valeur, voire inexploitabilité), mais aussi environnementales : si elle est plutôt un facteur favorable à la biodiversitéDiversité biologique ou nombre et variété des espèces végétales et animales. On distingue la richesse spécifique (les différentes espèces), la diversité génétique - variété génétique au sein d'une même espèce - et la diversité écosystémique c'est-à-dire la variété des écosystèmes qu'on trouve sur Terre (forêts, prairies, lacs,...)., elle accroît la fragilité face aux événements climatiques, et diminue la contribution au stockage du carbone par l'augmentation des matériaux en décomposition. Une démarche expérimentale est menée par la DRAAFDirection(s) régionale(s) de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt à l'échelle régionale pour la création d'un réseau de forêts en évolution naturelle impliquant des propriétaires forestiers publics et privés. Un diagnostic de l'état initial des peuplements en évolution naturelle et du potentiel régional est actuellement en cours, avec un objectif de 10% de forêt rhônalpine en évolution naturelle autour de 2020.

Le Plan pluriannuel régional de développement forestier (PPRDF), rendu obligatoire par la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010, identifie à l'échelle régionale 97 massifs forestiers qui justifient, en raison de leur insuffisante exploitation, des actions prioritaires pour la mobilisation du bois. Les actions sont envisagées sur le court terme, le plan portant sur 5 ans, 2011 - 2015.

Du côté des professionnels de la filière (privés et publics), le plan de mobilisation régional de la forêt proposé en 2007 vise à augmenter les volumes exploités en particulier dans les zones de montagne difficiles d'accès grâce au développement du débardage par câbleEn exploitation forestière, technique de transports des troncs par voie aérienne (comme un téléphérique) utilisée dans les massifs peu desservis par des pistes forestières ou dans des lieux au sol sensible. (100 000 m3 sur les 500 000 m3 de bois supplémentaires visés d'ici 2013). Cette augmentation de l'exploitation doit également tenir compte de la biodiversité dans la gestion forestière.

La biodiversité fait par ailleurs l'objet d'une intégration croissante dans la gestion forestière. Le Schéma régional de gestion forestière (forêts privées) et le Schéma régional d'aménagement (forêts publiques) visent en complément le maintien de la biodiversité ordinaireMilieux et espèces végétales et animales '' n'ayant pas de valeur intrinsèque identifiée comme telle mais qui, par l'abondance et les multiples interactions entre ses entités, contribue à des degrés divers au fonctionnement des écosystèmes et à la production des services qu'y trouvent nos sociétés. ''. (définition extraite du rapport Chevassus-au-Luis, 2009). La conformité à ces schémas des Plans d'aménagement (forêts publiques) et Plans simples de gestion (forêts privées supérieures à 10 hectares) est contrôlée par la DRAAF. Les petits propriétaires privés, très nombreux en Rhône-Alpes, peuvent pratiquer une gestion durable en adoptant un code de bonnes pratiques sylvicoles ou un règlement type de gestion.
La région Rhône-Alpes est la troisième région française pour la surface de forêt certifiée PEFCProgramme de reconnaissance des certifications forestières (programme for the endorsement of forest certification schemes). Ce système international de certification de la filière bois-forêt permet d'assurer au consommateur que le bois qu'il achète provient d'une forêt gérée durablement. Tous les maillons de la filière (du producteur à l'utilisateur) doivent se conformer à des cahiers des charges spécifiques. Le respect de ces engagements est régulièrement contrôlé par des organismes indépendants., mais son taux de certification reste inférieur à la moyenne française (435 000 ha fin 2010, soit 34% contre 38% en France). Toutes les forêts domaniales et deux tiers des forêts communales font l'objet d'une certification PEFC, contre 6% des forêts privées.
Des chartes forestières de territoires (21 en Rhône-Alpes dont 5 en cours d'élaboration début 2010) visent à une meilleure intégration de la forêt dans les stratégies de développement des territoires, et à la prise en compte de ses multiples fonctions (production de bois, accueil du public, préservation de la biodiversité et de la qualité de l'eau,...).

Plans d'aménagement ? Plans simples de gestion
focus