Production d'énergies renouvelables

L'indicateur est la production d'énergie par source. Il distingue également la production d'énergies renouvelables et la part qu'elle représente dans la consommation d'énergie finaleÉnergie délivrée aux consommateurs pour être convertie en énergie utile, par exemple : électricité, essence, gaz, gazole, fioul domestique....
Le développement des énergies renouvelables contribue au double objectif de lutter contre le changement climatique et d'économie des ressources fossiles.

115 380 GWhGigawatt-heure, unité de mesure de la production ou de la consommation d'énergie. 1GWh = 1 000 000 kWh (kilowatt-heure). produits en Rhône-Alpes en 2011 dont 24,7% d'énergies renouvelables
Les énergies renouvelables représentent 15% de la consommation d'énergie finale régionale en 2011

Avec  plus de 115 000 GWh d'énergie produite en 2011, la région Rhône-Alpes produit beaucoup plus d'énergie que la moyenne des autres régions, ceci s'explique en grande partie par l'importance du nucléaire et de l'hydroélectricité. L'hydroélectricité domine la production d'énergies renouvelables régionale qui représente 15,3 % de la production régionale d'énergie. Notons que Rhône-Alpes est la première région productrice d'énergies renouvelables, avec plus de 20% de la production nationale.

Les énergies renouvelables représentent 15% de la consommation d'énergie finale régionale en 2011 (Source bilan énergie GES Rhône-Alpes OREGESObservatoire de l'énergie et des gaz à effet de serre mai 2013). les travaux du SCRAE ont permis de montrer que la part des EnR dans la consommation d'énergie finale devrait augmenter au vue des tendances actuelles et atteindre 20,4 % en 2020. L'objectif national de 23% en 2020 fixé au niveau européen dans le cadre du "paquet climat-énergie" et réaffirmé par la loi GrenelleDans le cadre du profil environnemental de la région Rhône-Alpes, utilisé pour désigner le '' Grenelle de l'environnement ''. Initié en 2007, le Grenelle de l'environnement a réuni pour la première fois, l'État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Une première phase de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes organisées en 5 collèges (État, élus, représentants des entreprises, organisations syndicales de salariés, associations et fondations de protection de l'environnement) a permis d'aboutir à 268 engagements en faveur de l'environnement. 34 comités opérationnels ont ensuite travaillé pour proposer des actions concrètes pour la mise en oeuvre des engagements. La traduction législative des engagements du Grenelle Environnement s'est faite principalement à travers deux lois : la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement dite loi Grenelle 1 promulguée le 3 août 2009, et la loi portant engagement national pour l'environnement dite loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010. Le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), placé auprès du Ministre en charge de l'écologie assure le suivi de la mise en oeuvre des engagements du Grenelle et apporte son concours à la politique du Gouvernement en faveur du développement durable. 2 ne serait donc pas atteint.