Accueil>...>Prévention et gestion des risques sanitaires et écologiques>Prévention et gestion des risques sanitaires et écologiques

Prévention et gestion des risques sanitaires et écologiques

Laurent Mignaux - MEDDTL

La dégradation de la qualité de l'environnement peut tout d'abord être à l'origine d'une altération de la qualité de vie et du bien-être. Cette dégradation peut aussi contribuer au développement de diverses pathologies : cancers, maladies cardiovasculaires ou respiratoires, allergies.... Selon les cas, ces liens sont avérés, probables ou suspectés car faire la preuve du caractère cancérogène d'une substance et évaluer son impact sur la survenue de cancers est une tâche complexe. En France, selon l'Institut de veille sanitaire 5 à 10% des cancers seraient liés à des facteurs environnementaux.
Si les pollutions massives de l'ère industrielle (de l'eau et de l'air notamment) ont très fortement régressé, de nouvelles formes de pollutions apparaissent, plus diffuses, plus difficiles à appréhender et avec des effets pouvant n'apparaître qu'à long terme. De nouveaux risquesLe risque est la probabilité que survienne un phénomène, d’origine naturelle ou technologique, pouvant constituer une menace pour les personnes, les biens, l’économie, l’environnement, etc. Le niveau de risque est estimé au regard des conséquences qu’aurait le phénomène s’il se produisait : plus les pertes potentielles sont élevées, plus le risque est important, et inversement. Il se mesure en croisant les données relatives à l’aléa, aux enjeux exposés et à leur vulnérabilité. émergent aussi en lien avec les avancées de la société (substances chimiques, rayonnements, nanoparticulesÉléments ayant une taille nanométrique c'est-à-dire entre 1 et 100 nanomètres (1 nanomètre est 1 million de fois plus petit qu'un mètre)....). Les différents facteurs environnementaux coexistent et sont susceptibles d'interagir entre eux, leurs effets combinés demeurant souvent inconnus. L'exposition varie en outre pour chaque individu en fonction de sa susceptibilité génétique individuelle, de son lieu de vie, de son environnement domestique et professionnel, de son mode de vie et de son métabolisme.
Tous ces phénomènes et leurs relations avec la santé font désormais l'objet d'efforts de recherche importants et d'investissements des pouvoirs publics, notamment à travers le plan national santé-environnement et ses déclinaisons régionales.

Outre les impacts sur la santé et l'environnement des pollutions chroniques évoquées ci-dessus, les risques naturels et technologiques présents en région Rhône-Alpes constituent également des facteurs potentiels d'atteinte à la santé de l'homme et des écosystèmes.