Accueil>...>Axe 1 : Améliorer la qualité de l'air et réduire les expositions chroniques...>Pollution de l'air par le dioxyde d'azote et les particules

Pollution de l'air par le dioxyde d'azote et les particules

L'indicateur porte sur la concentration moyenne annuelle de dioxyde d'azote (NO2) d'une part, de particules fines d'autre part et enfin de particules très fines.
Le dioxyde d'azote (NO2) et les particules font partie des polluants atmosphériques dont les effets sur la santé sont avérés. Le dioxyde d'azote est caractéristique des émissions du trafic routier (à l'origine de plus de la moitié des émissions au niveau national). L'origine des particules est plus diversifiée : chauffage, industrie, agriculture, transports.

Pour l'année 2012 :
NO2 : 129.000 habitants exposés à des concentrations moyennes annuelles supérieures à la réglementation
PM10 : 6.000 habitants exposés à des concentrations journalières supérieures à la réglementation
PM2,5 : moyenne annuelle en zone urbaine de fond = 16,9 µg/m3 et moyenne annuelle en zone urbaine sous influence de la route = 20 µg/m3

Les concentrations de dioxyde d'azote (en moyenne annuelle) sont en baisse depuis 2003 et l'année 2012 est l'une des années les moins touchées de la dernière décennie.
Néanmoins, des dépassements des valeurs réglementaires sont observés sur presque tous les sites urbains sous influence du trafic automobile. 129 000 habitants sont exposés à des concentrations moyennes annuelles de NO2Dioxyde d'azote. Voir aussi NOx. supérieures à la réglementation.

Les concentrations en particules fines (PM10) sont en baisse depuis 2007, en moyenne annuelle et en pointes journalières (nombre de jours de dépassements de la valeur 50 µg/m3). L'année 2012 est l'une des années les moins touchées de la dernière décennie. A contrario, les années 2007 et 2011 étaient particulièrement exposées.
Des dépassements réglementaires sont observés sur la majorité des sites urbains sous influence du trafic automobile, sur les sites urbains des vallées alpines, voire sur les sites sous influence industrielle. 6.000 habitants sont exposés à des concentrations journalières supérieures à la réglementation.

Concernant les particules très fines (PM2,5), la moyenne annuelle en zone urbaine de fond (moyenne sur les 3 agglosde plus de 250.000 hab / Lyon, Grenoble, St-Etienne et les 4 agglos de plus de 100.000 habitants / Valence, Chambéry, Annecy, Annemasse) est de1 6,9 µg/m3 en 2012. Elle était de 19,9 µg/m3 en 2011.
La  moyenne annuelle en zone urbaine sous influence de proximité routière (moyenne sur les 3 agglos de plus de 250.000 hab / Lyon, Grenoble, St-Etienne et une agglo de plus de 100.000 habitants / Valence) est de 20 µg/m3 en 2012 et est en baisse par rapport à 2011 (23,5 µg/m3).