Pollution de l'air par l?ozone

L’indicateur porte sur les concentrations en ozoneA très haute altitude, dans la haute atmosphère, l'ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des rayons ultra-violets. Mais à basse altitude, c'est un polluant qui irrite les yeux et l'appareil respiratoire, et qui a des effets sur la végétation. Ce polluant pose problème essentiellement en été. En effet, il n'est pas directement émis dans l'atmosphère mais se forme par réaction chimique à partir d'autres polluants (notamment les oxydes d'azote, les composés organiques volatils...) sous l'action du rayonnement solaire., traduites par le nombre d’habitants exposés à des niveaux  ayant dépassé la valeur cible pour la protection de la santé humaine fixée à 120µg/m3 (en moyenne sur 3 ans) plus de 25 jours par an.
L’ozone est un gaz dit secondaire car il n’est pas directement rejeté dans l'atmosphère mais provient de réactions chimiques de gaz entre eux. Il est irritant et pénètre facilement jusqu’aux voies respiratoires les plus fines et peut avoir un impact important sur la santé. L’indicateur vise donc à apprécier les concentrations en ozone au regard des effets sur la santé.

1 290 000 habitants exposés à des niveaux d’ozone supérieurs à la valeur cible en moyenne 2010-2012
201 000 habitants exposés à des niveaux d’ozone supérieurs à l’objectif de qualité en 2012

Les concentrations en ozone sont en moyenne stables depuis 2004. En revanche, les indicateurs représentatifs des pointes sont en baisse régulière depuis 2003. La diminution des émissions de composés organiques volatils, et dans une moindre mesure, d'oxyde d'azote, explique cette tendance, ces deux groupes de polluants participant à la formation de l'ozone. Cette tendance n'est cependant pas suffisante pour assurer un respect des normes en tout point du territoire.