Accueil>...>Polariser et densifier la ville grâce à un système de transports performant>Polariser et densifier la ville grâce à un système de transports performant

Polariser et densifier la ville grâce à un système de transports performant

Laurent Mignaux - MEDDTLLa loi GrenelleDans le cadre du profil environnemental de la région Rhône-Alpes, utilisé pour désigner le '' Grenelle de l'environnement ''. Initié en 2007, le Grenelle de l'environnement a réuni pour la première fois, l'État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Une première phase de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes organisées en 5 collèges (État, élus, représentants des entreprises, organisations syndicales de salariés, associations et fondations de protection de l'environnement) a permis d'aboutir à 268 engagements en faveur de l'environnement. 34 comités opérationnels ont ensuite travaillé pour proposer des actions concrètes pour la mise en oeuvre des engagements. La traduction législative des engagements du Grenelle Environnement s'est faite principalement à travers deux lois : la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement dite loi Grenelle 1 promulguée le 3 août 2009, et la loi portant engagement national pour l'environnement dite loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010. Le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), placé auprès du Ministre en charge de l'écologie assure le suivi de la mise en oeuvre des engagements du Grenelle et apporte son concours à la politique du Gouvernement en faveur du développement durable. 2 souligne l’importance d’un mode de développement urbain maîtrisé et organisé autour des principales infrastructures de transport collectifs existantes ou à venir. Il s’agit de promouvoir une armature urbaine multipolaire, c’est-à-dire une organisation territoriale en pôles de développement denses, regroupant plusieurs fonctions (logements, commerces, activités et services), limitant ainsi l’étalement urbainL'étalement urbain représente le phénomène d'expansion géographique des aires urbaines par l'implantation en périphérie, au détriment de larges zones principalement agricoles, de types d'habitat peu denses (banlieues pavillonnaires, maisons individuelles). Cette dilatation de l'espace urbain se traduit par une diminution de la densité des zones urbanisées du fait d'une extension géographique plus rapide que la croissance démographique. En d'autres termes, l'étalement urbain décrit le fait que les villes croissent en surface et que le territoire s'artificialise à un rythme beaucoup plus important que ne l'imposerait le seul facteur démographique (source Agence européenne de l'environnement). et favorisant un mode de vie qui limite le recours à l’automobile et donc les émissions de gaz à effet de serre. C’est un enjeu tant pour les politiques d’urbanisme que pour celles des transports.

Le Schéma régional des services de transport qui sert de cadre de référence pour la politique régionale des transports à moyen et long terme (2013-2020 et une prospective jusqu’en 2030) est donc un outil majeur pour organiser l’urbanisation des prochaines années. Les Plans de déplacements urbains (PDU) quant à eux servent à planifier les déplacements à l’échelle locale.

A proximité des infrastructures routières, existantes ou en construction, se développent généralement de manière soutenue habitations et zones d’activités. Ces projets se cumulent sans schéma de cohérence globale en matière de besoin, de faisabilité et d’implantation. La mise en place d’un syndicat mixte regroupant plusieurs communautés de communes permet d’appréhender l’aménagement du territoire concerné de manière cohérente.

Focus