Accueil>...>Alpes, Jura et Massif Central : des massifs aux milieux remarquables impactés de façon différente par l'évolution des activités>Le Massif central : des milieux fragilisés par la déprise agricole et les épisodes de sécheresse

Le Massif central : des milieux fragilisés par la déprise agricole et les épisodes de sécheresse

Marie Grande ? DREALUne grande partie des départements de l'Ardèche et de la Loire, et une partie du Rhône (Monts du Beaujolais, du Lyonnais) appartiennent au Massif Central et à ses contreforts. Ces espaces sont caractérisés par la présence forte de la forêt, et accueillent des milieux naturels remarquables et fragiles (forêts à forte naturalité, mais aussi zones humidesAu sens du code de l'environnement, terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau, de façon permanente ou temporaire - la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l'année. dont tourbièresZone humide caractérisée par l'accumulation progressive de la tourbe, à très forte teneur en matière organique majoritairement végétale, peu ou pas décomposée. Cette caractéristique fait des tourbières des puits de carbone et des milieux propices au développement d'une biodiversité élevée., pelouses sèches, etc.).

Les écosystèmes liés aux espaces ouverts de montagne (prairies, pelouses, landes) ont souvent été modelés ou entretenus par les pratiques agricoles extensives. Mais leur préservation est soumise à un équilibre subtil. D'un côté, les pratiques agricoles inadaptées ou de plus en plus intensives (augmentation de la production par unité de surface, introduction de nouvelles pratiques mécanisées,...) entraînent une perte de diversité des espèces présentes et de l'autre, le recul de l'activité agricole entraîne une avancée de la forêt et de la fermeture des milieux et des paysages. L'Ardèche par exemple a vu doubler sa couverture forestière au cours des 50 dernières années, en grande partie du fait de la déprise agricole sur les pentes des piémonts.
Au-delà du Massif Central, d'autres territoires régionaux de moyenne montagne connaissent les mêmes problématiques (montagnes de l'Ain, Préalpes drômoise).

Ne disposant pas des quantités d'eau stockées par les glaciers alpins, les cours d'eau des montagnes du Massif Central sont davantage exposés aux épisodes de sécheresse, qui se traduisent par des assecs très fréquents et des étiages sévères. Ces phénomènes favorisent la concentration des polluants dans les milieux aquatiques et l'eutrophisationType de pollution des eaux lacustres ayant pour cause un excès d'alimentation organique et se manifestant par la prolifération de certaines algues..

Le plateau ardéchois, bénéficiant de gisements éoliens et solaires élevés et techniquement exploitables, est particulièrement exposé à d'éventuels conflits d'usages : outre de nombreux milieux naturels remarquables, ces territoires abritent de nombreuses espèces sensibles de chiroptères et sont traversés par des oiseaux migrateurs, qui peuvent être perturbés par les installations éoliennes et les parcs photovoltaïques. Les monts drômois, et dans une moindre mesure ceux du Forez, sont également concernés.