Accueil>...>Des situations d'exposition contrastées au sein des différents territoires de la région selon les saisons>En zones rurales, près d'un tiers de la population touchée par des pollutions de l'air, essentiellement à l'ozone

En zones rurales, près d'un tiers de la population touchée par des pollutions de l'air, essentiellement à l'ozone

API - DREAL

Les zones dites rurales intègrent le reste du territoire régional, y compris les petites villes de moins de 10 000 habitants, les zones de plaine et les zones de montagne. Elles concernent 34% de la population.

En matière de qualité de l'air, les zones rurales sont définies comme les secteurs éloignés de toute source de pollution immédiate (industrie, trafic, zone urbaine dense). La qualité de l'air y est localement influencée par les émissions naturelles, les activités agricoles ou sylvicoles et le chauffage. Ces zones sont cependant soumises selon les périodes de l'année et les situations météorologiques aux effets des masses d'air chargées en polluants produites par les émissions régionales, nationales, voire européennes (agglomérations, industries, épandages agricoles...). L'ozoneA très haute altitude, dans la haute atmosphère, l'ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des rayons ultra-violets. Mais à basse altitude, c'est un polluant qui irrite les yeux et l'appareil respiratoire, et qui a des effets sur la végétation. Ce polluant pose problème essentiellement en été. En effet, il n'est pas directement émis dans l'atmosphère mais se forme par réaction chimique à partir d'autres polluants (notamment les oxydes d'azote, les composés organiques volatils...) sous l'action du rayonnement solaire. en été ou les particules en hiver, sont en effet susceptibles de provenir en partie de ces phénomènes.

Dans ces zones rurales, les polluants primaires (émis directement par une source de pollution) sont très nettement en baisse au cours des dix dernières années, avec des niveaux bien en-deçà des valeurs limites. A l'inverse, l'ozone présente sur la même période une augmentation de près de 4% de ces concentrations dans l'air, hausse plus significative que sur le reste de la région. Les niveaux relevés en 2009 dépassent les seuils réglementaires, tant pour la santé que pour la végétation, avec une problématique particulièrement forte lors de la période estivale.