Dynamisme de la construction neuve

Cet indicateur porte sur l'évolution de la répartition de la construction neuve entre les logements collectifs et les logements individuels, permettant d'approcher un suivi des enjeux de consommation d'espace et particulièrement de maîtrise de l'étalement urbainL'étalement urbain représente le phénomène d'expansion géographique des aires urbaines par l'implantation en périphérie, au détriment de larges zones principalement agricoles, de types d'habitat peu denses (banlieues pavillonnaires, maisons individuelles). Cette dilatation de l'espace urbain se traduit par une diminution de la densité des zones urbanisées du fait d'une extension géographique plus rapide que la croissance démographique. En d'autres termes, l'étalement urbain décrit le fait que les villes croissent en surface et que le territoire s'artificialise à un rythme beaucoup plus important que ne l'imposerait le seul facteur démographique (source Agence européenne de l'environnement). et de densité. Le collectif est moins consommateur d'espace et est la seule forme urbaine permettant de construire la ville sur la ville.

L'habitat collectif représente 56% de la construction neuve en 2012, l'individuel pur 31% et l'individuel groupé 12%

En 2003 comme en 2012, la majorité des nouveaux logements construits en Rhône-Alpes sont des logements collectifs, spécificité régionale. Cela est vrai pour l'ensemble des départements à l'exception de l'Ardèche et de la Drôme dans lesquels le nombre de logements individuels purs neufs est supérieur à celui du nombre de logements collectifs neufs en 2012.

A l'échelle régionale, la construction de logements individuels purs a diminué sur la période (-32%) alors que celle de logements individuels groupés a fortement augmenté (+44% entre 2003 et 2012). Ainsi la diminution de la part de l'individuel pur dans la construction neuve (43% en 2003, 31% en 2012) s'est faite au profit de l'individuel groupé dont la part est passée de 8% en 2003 à 12% en 2012 et au profit du collectif qui représente en 2012 56% de la construction neuve (contre 52% en 2003).