Accueil>...>Une ressource en eau abondante et variée, mais inégalement répartie>Des ressources en eau superficielle nombreuses : glaciers, lacs, étangs et cours d'eau aux régimes hydrologiques contrastés et souvent influencés par les aménagements humains

Des ressources en eau superficielle nombreuses : glaciers, lacs, étangs et cours d'eau aux régimes hydrologiques contrastés et souvent influencés par les aménagements humains

Le réseau hydrographique rhônalpin est très important. Parmi les nombreux cours d'eau, certains tels le Rhône, l'Isère, le Drac, la Romanche, la Saône ou l'Ain assurent une alimentation régulière des vallées qu'ils drainent.

Rhône-Alpes se situe sur deux grands bassins hydrographiques : le bassin Rhône-Méditerranée pour sa majeure partie et Loire-Bretagne pour sa partie nord-ouest.

Les régimes hydrologiques sont variés, du régime nival des Alpes du nord assurant une alimentation abondante en été pour une partie du territoire régional (Alpes du nord, Rhône) au régime méditerranéen pour les cours d'eau les plus méridionaux en Ardèche et dans la Drôme notamment. Par ailleurs, les débits des cours d'eau sont souvent influencés par les aménagements humains, en particulier par les ouvrages de production d'hydroélectricité.

En outre, la région est dotée de nombreuses capacités de stockage, naturelles (glaciers, lacs, étangs...), essentiellement dans les Alpes du nord, ou artificielles (barrages, retenues collinaires). Les glaciers des massifs alpins forment des réserves qui permettent d'atténuer les effets des fortes sécheresses. Toutefois cette fonction pourrait être remise en cause par leur recul progressif.

Dans les secteurs peu ou non dotés de capacités de stockage et dans les secteurs sous influence méditerranéenne les étiages, parfois sévères, conduisent à des conflits d'usage et ont des impacts sur les milieux aquatiques tandis que les assecs peuvent être fréquents dans certains départements (Ain, Drôme, Ardèche et Loire).


Réseau hydrographique

reseau hydrographique