Accueil>...>Des réseaux de transports très développés et des flux qui restent dominés par la route>Des réseaux autoroutiers et ferroviaires denses et concentrés dans les plaines et vallées

Des réseaux autoroutiers et ferroviaires denses et concentrés dans les plaines et vallées

Le réseau routier rhônalpin, avec 1 300 kilomètres d’autoroutes, 600 kilomètres de routes nationales, 31 000 kilomètres de routes départementales et 41 000 kilomètres de voies communales est sensiblement plus dense qu’en moyenne en France.

Le réseau ferré rhônalpin est le plus étendu parmi les régions françaises avec 2 700 kilomètres de lignes exploitées. Sa densité est la plus forte dans les départements du Rhône et de l’Ain. L’Ardèche ne dispose plus de dessertes voyageurs, la ligne ferroviaire en rive droite du Rhône étant dédiée au fret.  Cependant , ce territoire reste  relié aux gares de la rive gauche par des transports collectifs relevant des 3 niveaux d'AOTAutorité organisatrice des transports : collectivité territoriale chargée de la gestion des déplacements des personnes sur son territoire., agglomération, départements, région, les cars de la Région étant inclus dans le réseau TER.

infrastructures de transport routieres

Cette desserte développée s’explique en partie par la situation géographique du territoire, traversé par d’importants flux de transits de passagers et de marchandises internationaux (notamment via les Alpes avec la Suisse, l’Italie et l’Allemagne) et inter-régionaux, en particulier selon l’axe nord-sud formé par la vallée du Rhône et le val de Saône.

Mais les réseaux de transports développés correspondent également à l’importance de la population et de l’activité économique régionale, génératrices de flux de personnes (déplacements professionnels, domicile-travail) et de marchandises (produites et achetées), et sa forte attractivité touristique, à l’origine d’importants flux depuis l’extérieur de la région mais également en interne.