Accueil>...>Alpes, Jura et Massif Central : des massifs aux milieux remarquables impactés de façon différente par l'évolution des activités>Des milieux naturels alpins et jurassiens marqués par l'urbanisation et son extension, les activités touristiques et exposés au changement climatique

Des milieux naturels alpins et jurassiens marqués par l'urbanisation et son extension, les activités touristiques et exposés au changement climatique

Laurent Mignaux - MEDDTLL'arc alpin et le Jura composent une grande palette de milieux différents, avec des massifs, des vallées reliées par des grands cols, des lacs, forêts, landes et prairies, rivières, torrents et glaciers.

Les fonds de vallées, qui jouent le rôle de corridors écologiquesPassages de circulation reliant plusieurs espaces naturels entre eux et nécessaires à la faune (exemple : un amphibien vit en zone sèche mais doit rejoindre une mare pour se reproduire). La fragmentation de ces corridors, par une route par exemple, empêche la libre circulation de la faune et donc son bon développement. Les corridors écologiques assurent des connexions entre des réservoirs de biodiversité, offrant aux espèces des conditions favorables à leurs déplacements et à l'accomplissement de leur cycle de vie. entre les massifs et abritent des zones humidesAu sens du code de l'environnement, terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau, de façon permanente ou temporaire - la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l'année. d'intérêt liées aux cours d'eau et l'essentiel des terres cultivées, sont fortement sollicités par le développement des voies de transports et l'urbanisation (logement et activités), alimentée par le desserrement des agglomérations du Sillon alpin.

Dans les Alpes, premier domaine skiable européen, de nombreux versants sont voués à la pratique des sports d'hiver (la région compte 2167 remontées mécaniques fin 2009, soit 58% des remontées mécaniques françaises, d'après STRMTG - FIRM). L'aménagement de ces espaces et leur fréquentation sont dommageables en particulier pour la faune et la flore. Si aucune extension majeure des domaines skiables n'a eu lieu au cours des dernières années, la construction d'hébergements touristiques autour des stations et l'aménagement des pistes ont en revanche été soutenus.

L'activité des stations de ski a également un impact localisé sur les milieux à travers les prélèvements d'eau pour la neige de cultureNeige produite artificiellement et utilisée sur les domaines skiables en début de saison ou en appoint en cas d'aléa climatique. qui, réalisés en tête de bassin, peuvent perturber l'écosystèmeEnsemble dynamique d'organismes vivants interagissant entre eux et de leurs habitats. des petits cours d'eau. Cette pratique est susceptible de se développer dans de nombreuses stations du fait du changement climatique. Aujourd'hui, les quantités prélevées restent faibles et la neige produite sans additif chimique peut retourner au milieu naturel au moment de la fonte des neiges.

La qualité des eaux superficielles du massif est également impactée par la pression des aménagements (vallées et rives des lacs alpins) dans un contexte de réduction de la pluviométrie.

La fonte due au changement climatique des glaciers alpins, qui représentent un écosystème aujourd'hui unique en France, constitue une menace directe pour certaines espèces inféodées, et pourrait avoir des conséquences importantes sur le régime des cours d'eau et donc sur leur biodiversitéDiversité biologique ou nombre et variété des espèces végétales et animales. On distingue la richesse spécifique (les différentes espèces), la diversité génétique - variété génétique au sein d'une même espèce - et la diversité écosystémique c'est-à-dire la variété des écosystèmes qu'on trouve sur Terre (forêts, prairies, lacs,...).. Les glaciers alpins perdent chaque année de 2 à 3% de leur volume. En outre, on observe d'ores et déjà des conséquences du changement climatique sur certaines espèces alpines, notamment sur leur aire de répartitionZone géographique plus ou moins grande, continue ou discontinue, dans laquelle une espèce est présente..

L'équilibre fragile entre le maintien des milieux naturels ouverts et la pratique des activités sylvicoles et agricoles est affecté par les difficultés d'exploitation de la forêt en montagne et par le déclin de l'activité agricole, entraînant l'enfrichement des terres agricoles et pastorales. Le recul de la densité des exploitations est entretenu et renforcé en haute montagne par les difficultés liées à la collecte laitière.

La neige de culture
focus