Accueil>...>Des nuisances locales liées aux aéroports faisant l'objet de mesures spécifiques>Des mesures de maîtrise de l'urbanisation et d'isolation phonique dans les zones touchées

Des mesures de maîtrise de l'urbanisation et d'isolation phonique dans les zones touchées

Vingt-six aérodromes rhônalpins, dont les aéroports principaux sont dotés d'un plan d'exposition au bruit (PEB). Celui-ci vise à maîtriser l'urbanisation dans les zones les plus exposées. 18 ont été révisés récemment.

Répartition des aérodromes rhônalpins

Aide à l’insonorisation des logements

L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry est l'un des neuf aéroports français soumis à la réglementation européenne imposant la réalisation d'un plan de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE), impliquant l'élaboration de cartes stratégiques du bruit et un renforcement des mesures de réduction du bruit, notamment la nuit : diminution du bruit des aéronefs, optimisation et contrôle des règles d'exploitation (horaires, trajectoires). Cette obligation a été remplie en 2011, après un complément apporté au PEBDocument d'urbanisme fixant les conditions d'utilisation des sols exposés aux nuisances dues au bruit des aéronefs. Le PEB vise à interdire ou limiter les constructions pour ne pas augmenter les populations soumises aux nuisances. Il anticipe à l'horizon 15/20 ans le développement de l'activité aérienne, l'extension des infrastructures et les évolutions des procédures de circulation aérienne. Il comprend un rapport de présentation et une carte à l'échelle du 1/25 000 qui indique les zones exposées au bruit. L'importance de l'exposition est indiquée par les lettres A, B, C, ou D : -Zone A : Exposition au bruit très forte -Zone B : Exposition au bruit forte -Zone C : Exposition au bruit modérée -Zone D : Exposition au bruit faible de l'aéroport en 2008.

Concernant l'aéroport frontalier de Genève-Cointrin, un PEB approuvé par le Préfet de l'Ain s'applique au territoire français concerné par les nuisances sonores générées.
L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry est également doté d'un Plan de gêne sonore (PGS), qui définit des zones dans lesquelles les riverains peuvent bénéficier d'une aide à l'insonorisation de leurs logements.

Douze aérodromes, dont les trois principaux aéroports de la région, se sont dotés de commissions consultatives de l'environnement, donnant l'occasion aux représentants des collectivités locales, d'associations de riverains et d'associations de protection de l'environnement de s'exprimer sur les nuisances et les moyens de les prévenir et de les réduire.
En outre, l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry s'est doté d'un Plan environnement comprenant notamment des dispositions relatives au bruit. Dans ce cadre a notamment été réalisée une cartographie multi-exposition, c'est-à-dire du cumul des nuisances sonores subies par les riverains. Chaque source de bruit (avion fer, route, installation industrielle) est ainsi représentée indépendamment sur une carte sur un territoire étendu au-delà du PGSPlan qui délimite des zones dans lesquelles les riverains d'aéroports peuvent bénéficier d'une aide à l'insonorisation de leur logement. Cette aide ne peut être allouée que sous certaines conditions. Seuls les 10 principaux aéroports français sont dotés d'un PGS. Il se présente sous forme d'un rapport et d'une carte à l'échelle 1/25 000 indiquant 3 types de zones : - la zone 1 dite de très forte nuisance - la zone 2 dite de forte nuisance, - la zone 3 dite de nuisance modérée.. Dans un objectif de sensibilisation et de communication, cette cartographie est mise à disposition du public sur le site Internet d'Aéroports de Lyon, avec la possibilité de sélectionner la zone à visualiser, la plage horaire, la source de bruit ou le cumul de l'ensemble des sources.

focus