Accueil>...>Des milieux aquatiques variés et de qualité affectés par les activités humaines et les évolutions climatiques>Des lacs de montagne soumis à une forte pression urbaine et touristique et vulnérables aux effets du changement climatique

Des lacs de montagne soumis à une forte pression urbaine et touristique et vulnérables aux effets du changement climatique

Laurent Mignaux - MEDDTL L'urbanisation et le développement des activités autour des grands lacs alpins (Léman, Bourget et Annecy) entraînent l'artificialisation de leurs rives, et une dégradation des riches milieux naturels associés (roselières notamment). Certaines pratiques d'activités nautiques peuvent également contribuer à cette dégradation. Les rives de ces trois lacs sont soumises à la loi littoralLoi du 3 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, communément appelée '' loi littoral '', dont l'objectif est de protéger les espaces terrestres et de réglementer les constructions ainsi que l'accès aux côtes.. Ainsi, le conservatoire du littoral et des rivages lacustresÉtablissement public administratif de l'État sous la tutelle du Ministère en charge de l'écologie qui  mène une politique foncière visant à la protection des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres. assure la maîtrise foncière et la gestion de plusieurs sites d'intérêt naturel et paysager sur les rives de ces lacs.

La région compte d'autres très nombreux lacs d'altitude, présents dans les Alpes, mais aussi dans le Jura et le Massif Central, d'une superficie souvent modeste (15-20 hectares en moyenne). Les lacs les plus froids (lacs polaires), aux eaux très minérales et en glace la plus grande partie de l'année, abritent peu ou pas d'organismes vivants mais présentent un intérêt du fait de leur rareté.

Les lacs de montagne sont exposés aux conséquences du changement climatique. Il pourrait donner lieu en particulier à des modifications importantes du fonctionnement hydrodynamique des grands lacs du fait du réchauffement des eaux, avec des conséquences prévisibles négatives pour la biodiversitéDiversité biologique ou nombre et variété des espèces végétales et animales. On distingue la richesse spécifique (les différentes espèces), la diversité génétique - variété génétique au sein d'une même espèce - et la diversité écosystémique c'est-à-dire la variété des écosystèmes qu'on trouve sur Terre (forêts, prairies, lacs,...). aquatique (oxygénation insuffisante de certaines couches d'eau).

Le réseau SILMASAcronyme anglais pour '' Sustainable Instruments for Lakes Management in the Alpine Space '' Outils durables pour la gestion des lacs dans l'espace alpin. Réseau rassemblant les gestionnaires des lacs alpins des différents pays dans un but d'échanges et de développement de pratiques de gestion durables., né d'un programme européen initié en 2005 piloté par le Conseil Régional Rhône-Alpes, rassemble les gestionnaires de lacs alpins des différents pays pour échanger et développer leurs pratiques de gestion durable. Leurs travaux pour la période 2009-2012 portent sur le réchauffement climatique, les usages des lacs et la gestion des conflits, ainsi que l'éducation au développement durable.