Accueil>...>Des milieux aquatiques variés et de qualité affectés par les activités humaines et les évolutions climatiques>Des glaciers, lacs alpins et des tourbières des massifs aux zones humides alluviales et régions d'étangs

Des glaciers, lacs alpins et des tourbières des massifs aux zones humides alluviales et régions d'étangs

Les milieux aquatiques occupent une place importante dans les paysages rhônalpins, avec 400 km2 de glaciers, 350 km2 de lacs et plans d’eau dont les plus vastes de France (Léman, Bourget et Annecy) et 47 000 km de cours d’eau. Les milieux humides sont associés à des espaces emblématiques de la région : milieux alluviaux du Rhône et de ses affluents, prairies humides du Val de Saône, étangs de la Dombes et de la plaine du Forez,...

Carte du réseau hydrographique

carte reseau hydrographique

Les cours d'eau, les lacs et les zones humidesAu sens du code de l'environnement, terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau, de façon permanente ou temporaire - la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l'année. afférentes (prairies naturelles humides,ripisylves, lônes,...) assurent des fonctions importantes pour la biodiversitéDiversité biologique ou nombre et variété des espèces végétales et animales. On distingue la richesse spécifique (les différentes espèces), la diversité génétique - variété génétique au sein d'une même espèce - et la diversité écosystémique c'est-à-dire la variété des écosystèmes qu'on trouve sur Terre (forêts, prairies, lacs,...). en tant que lieux d'alimentation, reproduction et de circulation, particulièrement en Rhône-Alpes où le Rhône et ses affluents sont des axes majeurs de migration piscicole. Les zones humides participent en outre à la maîtrise des crues et à l'épuration des eaux et contribuent à la richesse patrimoniale de la région au niveau piscicole et cynégétique (chasse) tout en permettant des usages agricoles adaptés.