Accueil>...>Des réseaux de transports très développés et des flux qui restent dominés par la route>Des distances de déplacements par la route qui continuent à augmenter en lien avec l'étalement urbain...

Des distances de déplacements par la route qui continuent à augmenter en lien avec l'étalement urbain...

Les transports routiers sont responsables de nombreuses émissions polluantes contribuant à la dégradation de la qualité de l’air rhonalpin et d’une part importante des 35 % des émissions  de gaz à effet de serre générés par les transports.

Les 3,2 millions de voitures particulières des rhônalpins au 1er janvier 2009, représentent 10% du parc métropolitain (d’après l’INSEE). Le taux de motorisation par habitant à cette date est ainsi supérieur à la moyenne nationale en région (520 voitures pour 1000 habitants contre 498 en France métropolitaine, d’après l’INSEE) et dans chacun des départements à l’exception du Rhône et de la Loire.

Après avoir fortement augmenté en 2006 et 2007, le trafic routier a peu progressé en 2008 et 2009 sur le réseau Rhône-Alpes-Auvergne (+0,8% entre 2008 et 2009 d’après le centre régional d'information et de circulation routière [CRICR]). En revanche, les distances parcourues par la route tendent à augmenter de façon régulière, en particulier pour les déplacements domicile-travail. En 2007 d’après l’INSEEInstitut national de la statistique et des études économiques., la moitié des actifs parcourt plus de 6,2 km pour se rendre à leur travail contre 4,9 km en 1999.  En lien avec la croissance démographique des couronnes périurbaines, les rhônalpins habitent en moyenne de plus en plus loin de leur travail. Ils utilisent par ailleurs davantage la voiture pour se rendre à leur travail qu’en moyenne en France métropolitaine.

part des deplacements domicile travail effectues en voiture camion ou fourgonnette en  2007