Accueil>...>De nombreux grands barrages, un renforcement de la réglementation relative à leur sécurité en 2007>Des dispositifs de surveillance, de prévention et d'urgence en place pour les plus gros barrages

Des dispositifs de surveillance, de prévention et d'urgence en place pour les plus gros barrages

Laurent Mignaux - MEDDTL

L'entretien et la surveillance des digues et barrages sont de la responsabilité de la personne physique ou morale qui a construit l'ouvrage ou en a la gestion. Les obligations de l'exploitant sont de diverses natures : visites techniques, rapports d'auscultation, revues décennales de sureté... Elles sont modulées en fonction de la classe de l'ouvrage. Pour ceux de classe A et B, le décret du 11 décembre 2007 impose la réalisation d'une étude de dangers. Fin 2011, 54 études de dangers auront ainsi été transmises à la DREALDirection(s) régionale(s) de l'environnement de l'aménagement et du logement..

Laurent Mignaux - MEDDTLDes plans particuliers d'intervention (PPI) sont élaborés pour les plus grands barrages (classe A et plus de 15 millions de m3) et prévoient trois zones en aval de chaque barrage. La zone de proximité immédiate peut être submergée dans un délai ne permettant qu'une alerte directe très rapide. Dans la zone d'inondation spécifique, la submersion est plus importante que celle des plus hautes eaux connues. Enfin, la troisième zone appelée zone d'inondation correspond au maximum au niveau des plus hautes eaux connues (niveau de crue historique). 15 barrages, dont deux extérieurs à la région (Vouglans dans le Jura et Villefort en Lozère) mais dont l'onde de submersion impacte le territoire régional, sont soumis à PPIPlan d'urgence définissant l'organisation des secours en cas d'accident dans un établissement Seveso.. Mi 2011, 13 PPI étaient approuvés, les 2 derniers (Grangent dans la Loire et Génissiat dans le Rhône) étant en cours.