Accueil>...>Des consommations énergétiques toujours en augmentation et dominées par les produits fossiles>Des consommations d'énergie du secteur industriel qui commencent à baisser grâce à l'amélioration de l'efficacité énergétique

Des consommations d'énergie du secteur industriel qui commencent à baisser grâce à l'amélioration de l'efficacité énergétique

Laurent Mignaux - MEDDTLLe secteur de l'industrie représente un tiers des consommations d'énergie finaleÉnergie délivrée aux consommateurs pour être convertie en énergie utile, par exemple : électricité, essence, gaz, gazole, fioul domestique... régionales (26% en France métropolitaine en 2007), ce qui s'explique par le poids important de l'industrie dans l'économie régionale et son maintien relatif en comparaison d'autres régions françaises.

Les industries les plus consommatrices d'énergie ont connu au cours des dernières décennies une amélioration importante de leur efficacité énergétique, associée au recul de l'activité de certains de ces secteurs très consommateurs. Cela a contribué à la forte diminution de l'intensité énergétique de l'économiemesure la quantité d'énergie consommée nécessaire pour générer une unité de richesse. régionale et se traduit même depuis 2004 par une diminution de la consommation d'énergie finale de l'industrie. En outre, cette dynamique d'amélioration de l'efficacité énergétique est encouragée par l'augmentation du coût de l'énergie, poste important dans les charges des industries fortement consommatrices (chimie, sidérurgie, métallurgie, chaux et ciments, agro-alimentaire).

Le gisement subsistant d'amélioration de l'efficacité énergétique de l'industrie reste substantiel, mais est soumis à des contraintes économiques de court terme. Toutefois, l'efficacité énergétique contribue à l'amélioration de la compétitivité des entreprises à travers la limitation des charges énergétiques, l'amélioration de la productivité et de la durée de vie des équipements, et contribue à valoriser l'image d'une entreprise.

Le gisement d'amélioration de l'efficacité énergétique repose sur l'amélioration des procédés industriels, et sur des actions plus transversales portant sur le chauffage, la production et le transport des fluides caloporteurs, les moteurs, la production de froid, l'éclairage des locaux... Ces actions peuvent donc concerner tous les acteurs de l'industrie. La majorité d'entre elles permettent un retour d'investissement de moins de 3 ans, et pour une grande partie moins de 1 an.

Leur financement peut être soutenu par l'obtention de certificats d'économie d'énergie. Fin mai 2010, 6% des opérations d'économies d'énergies qui ont donné lieu des certificats d'économies d'énergie en Rhône Alpes ont porté sur le secteur industriel. Ces opérations concernaient essentiellement la mise en place de systèmes de variation de vitesse sur des moteurs ou le remplacement de moteurs.

De nombreux autres dispositifs en Rhône-Alpes s'adressent aux entreprises de toutes tailles pour l'amélioration de leur performance énergétique :

  • L'action CAP Energie, qui permet l'accompagnement à la définition et à la mise en place d'une politique énergétique dans les entreprises de moins de 250 personnes,
  • Le volet Optim'énergie du programme « Objectif Environnement Rhône-Alpes » mené en partenariat par le réseau des chambres de commerces et d'industrie, le Conseil Régional et l'ADEMEAgence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.,
  • Les aides du Conseil Régional aux petites et moyennes entreprises et au management environnemental, notamment dans le domaine de l'énergie,
  • Les prêts verts bonifiés accordés par OSEO pour le financement d'investissements de prise en compte des enjeux de protection de l'environnement ou de mise sur le marché de produits y contribuant.