Accueil>...>Déchets>Déchets

Déchets

Cécile Vo Van ? DREALToutes les activités humaines sont à l’origine de la production de déchets, très divers par leur nature et leur toxicité. Le gisement le mieux connu est celui des déchets produits par les ménages et collectés par le service public. Il s’agit de déchets essentiellement non dangereux. Compte tenu de leur nature, une large part des déchets issus des activités économiques font partie de cette catégorie. On parle alors de déchets ménagers et assimilésDéchets produits par les ménages et les activités économiques collectés par le service public d'élimination des déchets. . Ils comprennent les ordures ménagères et les déchets des collectivités et des entreprises.. Même si une part de ces déchets non dangereux des entreprises est collectée avec ceux des ménages par le service public, ils restent de la responsabilité de leur producteur. Sont également assimilés aux déchets des ménages, les déchets produits par les collectivités elles-mêmes.

A côté des déchets non dangereux des entreprises, se distinguent, de par leur importance ou dangerosité, d’autres déchets produits par les acteurs économiques. Il s’agit notamment des déchets dangereux produits par les industries ou les entreprises artisanales, des déchets des activités de soins, des volumes très importants de déchets du BTPBâtiments et Travaux Publics qui pour leur grande majorité ne sont pas toxiques, des déchets du monde agricole et des déchets radioactifs issus principalement des installations nucléaires.

Les déchets et leurs modes d’élimination peuvent être à l’origine de pollutions (air, eau, sols) et de nuisances, avec des conséquences sanitaires. Pour les limiter, il faut prioritairement contenir la production de déchets et leur toxicité, et donc agir sur les modes de production et de consommation. La réutilisation et le recyclageRetraitement de matériaux ou de substances contenus dans des déchets dans le but de contribuer en totalité ou partie à la fabrication de nouveaux produits, matériaux ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d'autres fins. Cela inclut le retraitement des matières organiques, mais n'inclut pas, notamment, la valorisation énergétique, la conversion pour l'utilisation comme combustible, les procédés comportant une combustion ou une utilisation comme source d'énergie, y compris l'énergie chimique, ou les opérations de remblayage. permettent de réduire les quantités de déchets à éliminer et d’économiser des matières premières. Enfin, les déchets peuvent être également une source d’énergie par incinération (récupération de la chaleur produite) ou par méthanisation. Le stockage ne doit cependant être envisagé que pour les déchets dits « ultimes » c’est-à-dire pour lesquels il n’existe pas aujourd’hui de possibilité de valorisation.

En Rhône-Alpes, même si des marges d’amélioration significatives existent encore, la situation est plutôt favorable en matière de gestion des déchets, avec des ratios de valorisation globalement conformes aux objectifs nationaux et une tendance à la stabilisation des quantités de déchets non dangereux produits.