Accueil>...>Axe 1 : Améliorer la connaissance sur les risques naturels et technologiques et...>Axe 1 : Améliorer la connaissance sur les risques naturels et technologiques et l'information des parties prenantes (élus, associations, population) pour une meilleure conscience du risque

Axe 1 : Améliorer la connaissance sur les risques naturels et technologiques et l'information des parties prenantes (élus, associations, population) pour une meilleure conscience du risque

(culture du risque, mobilisation des acteurs publics, information et sensibilisation de la population...)

Complexe pétrochimique de Saint-Clair du Rhône (38)

Le partage d'une culture du risque par tous les acteurs (en particulier les élus et les populations exposées) et l'éducation aux risquesLe risque est la probabilité que survienne un phénomène, d’origine naturelle ou technologique, pouvant constituer une menace pour les personnes, les biens, l’économie, l’environnement, etc. Le niveau de risque est estimé au regard des conséquences qu’aurait le phénomène s’il se produisait : plus les pertes potentielles sont élevées, plus le risque est important, et inversement. Il se mesure en croisant les données relatives à l’aléa, aux enjeux exposés et à leur vulnérabilité. sont essentiels à la fois dans une optique de mémoire collective, de prévention assumée et d'organisation efficace de la gestion de crise lorsqu'un phénomène majeur survient.

Il convient de souligner depuis plusieurs années une mobilisation partagée de l'État et de la Région en faveur de l'information préventive et de la culture du risque, qui permet d'accroître la prise de conscience des collectivités, des acteurs socio-économiques et de la population dans son ensemble à la question des risques. La région Rhône-Alpes bénéficie également de l'existence d'acteurs régionaux mobilisés dans le domaine de la recherche (fédérés via le Pôle Alpin de recherche et d'études pour la prévention des Risques Naturels) et de la sensibilisation, l'information et la formation sur les risques majeurs (IRMa, Institut des Risques Majeurs), ainsi que de structures partenariales, les Secrétariats permanents pour la prévention des pollutions industrielles et des risques existant pour les agglomérations lyonnaise et grenobloise.

En pratique, en complément du dispositif réglementaire rappelé ci-dessous, en " multi-initiatives ", l'État et les collectivités territoriales impulsent ou soutiennent des actions d'information du public et de sensibilisation des publics scolaires. C'est également un aspect abordé par les Programmes d'action pour la prévention des inondations.

Communes soumises à un ou plusieurs risques naturels (hors séisme)

 Communes soumises à un ou plusieurs risques naturels
 

Établissements SevesoLa directive européenne Seveso I a été édictée en 1982 suite au rejet accidentel de dioxine en 1976 sur la commune de Seveso en Italie. Elle a été complétée depuis, le cadre européen de cette action est dorénavant la directive de 1996 concernant la maîtrise des dangers liés aux accidents majeurs impliquant des substances dangereuses dite directive Seveso 2, et transposée en droit français en 2000. Elle renforce le dispositif de prévention des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses : études de dangers approfondies, politique de prévention, plans de secours interne et externe, maîtrise de l'utilisation des sols afin de réduire les conséquences des accidents majeurs... La directive Seveso distingue des établissements seuil bas à risque et des établissements seuils hauts à haut risque, pour lesquels s'appliquent des contraintes plus fortes. en Rhône-Alpes

Etablissements en Rhône-Alpes
 

 

 

Principaux schémas, plans ou programmes comportant des dispositions relatives à cet axe

(selon leur échelon, R pour régional, D pour départemental et L pour local)

Echelon   Schéma/ plan/ programme  Principaux objectifs et orientations relatifs à l'axe stratégique
R Stratégie triennale régionale 2011-2013 de prévention des risques naturels et hydrauliques Feuille de route de l'État pour la prévention et la gestion des risques d'inondations, elle identifie plusieurs priorités parmi lesquelles la mise en oeuvre de la directive européenne  Inondation, des Programmes d'action de prévention des inondations (PAPI), du Plan submersions rapides, une programmation régionale et pluriannuelle de réalisation des Plans de prévention des risques naturels (PPRn), la mise en oeuvre du volet inondations du Plan RhôneProjet global de développement durable sur le fleuve et sa vallée, développé autour de 6 axes : patrimoine et culture, tourisme, inondations, qualité des eaux ressources et biodiversité, énergie, transport fluvial. Contrat de projet interrégional passé entre l'État, ses établissements publics et les Régions Rhône-Alpes, Bourgogne, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d'Azur ainsi que le Comité de bassin Rhône-Méditerranée et la Compagnie nationale du Rhône., la mise en place du service régional de contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques.
R Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Rhône-Méditerranée L'une des orientations fondamentales du SDAGEInstitué par la loi sur l'eau de 1992, le SDAGE est un outil de planification de la politique de l'eau associant tous les acteurs du bassin. Il fixe pour chaque grand bassin hydrographique les objectifs de qualité des ressources en eau et les orientations fondamentales pour atteindre ses objectifs et favoriser une gestion équilibrée de la ressource en eau entre tous les usagers (citoyens, agriculteurs, industriels). Rhône-Alpes est concernée par deux SDAGE, Rhône-Méditerranée (2010-2015) et Loire-Bretagne (2010-2015). vise à gérer les risques d'inondations en tenant compte du fonctionnement naturel des cours d'eau, et en particulier à " savoir mieux vivre avec le risque " (conscience du risque et préparation à la gestion de crise).
R Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Loire-Bretagne L'une des orientations fondamentales du SDAGE vise à réduire le risque d'inondation par les cours d'eau, et en particulier à améliorer la conscience et la culture du risque et la gestion de la période de crise.
R Plan de gestion du risque inondation (PGRI) En application de la directive européenne Inondations, un Plan de gestion des risques d'inondation doit être établi pour chaque district hydrographiqueZone terrestre et maritime définie par la Directive Cadre sur l'Eau, composée d'un ou plusieurs bassins hydrographiques ainsi que des eaux souterraines et eaux côtières associées. Rhône-Alpes est concernée par deux districts hydrographiques : Rhône-Méditerranée et Loire-Bretagne. d'ci 2015. Il définira notamment des stratégies locales pour les territoires à risque d'inondation important identifiés en 2012.
R Plan Rhône Pour " savoir mieux vivre avec le risque ", le Plan Rhône prévoit notamment de développer la connaissance sur le fleuve (base de données et atlas partagés), de développer la culture du risque (sensibilisation et enquête auprès du grand public), de développer l'information préventive, de soutenir les outils de prévision des inondations, et les dispositifs de préparation à la gestion de crise.
R Plan Loire Parmi les priorités d'intervention du Plan LoirePlan d’aménagement global qui vise à concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement, le développement économique dans une perspective de développement durable. Il repose sur un contrat de projet inter-régional (CPIER) 2007-2013 signé entre l’Etat, l’Etablissement public Loire, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et 9 Régions Auvergne dont Rhône-Alpes. figurent la sensibilisation régulière au risque d'inondation tant des riverains que des décideurs et responsables, le renforcement de la capacité de prévision des crues, les plans de secours et la préparation à la gestion d'une crise majeure.
L Programmes d'Action pour la Prévention des Inondations (PAPI) Dans le cadre de l'élaboration des PAPIOutil de contractualisation entre l'État et les collectivités, les PAPI ont pour objet de promouvoir une gestion intégrée des risques d'inondation, à l'échelle du bassin de risque, en vue de réduire leurs conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l'environnement. Initiés en 2002 par le Ministère en charge de l'écologie, ils s'inscrivent désormais dans le cadre la mise en oeuvre de la directive européenne relative aux inondations de 2007. (notamment Bourget, Maurienne, Ardèche, Isère Amont, Brévenne Turdine, Arve), l'État demande que les porteurs de projet (collectivités) prévoient systématiquement un volet significatif dédié à l'information, la sensibilisation et la culture du risque.