Glossaire

A

AASQA
Association agréée de surveillance de la qualité de l'air.
ADEME
Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.
Agence de l'eau
Établissement public de l'État, sous tutelle du Ministère en chargé de l'écologie qui met en oeuvre, dans le ou les bassins hydrographiques dont il a la charge, les objectifs et les dispositions des schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE et SAGE), en favorisant une gestion équilibrée et économe de la ressource en eau et des milieux aquatiques, l'alimentation en eau potable, la régulation des crues et le développement durable des activités économiques. Rhône-Alpes étant à cheval sur 2 bassins hydrographiques, la région est concernée par 2 Agences de l'eau : Rhône-Méditerranée et Corse d'une part, Loire-Bretagne d'autre part.
Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, ANDRA
Créée en 1991, l'ANDRA est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé de la gestion et du stockage des déchets radioactifs. Ses missions sont précisées par la loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs.
Agenda 21
Agenda pour le 21ème siècle, autrement dit ce qui doit être fait pour tendre vers un développement durable au 21ème siècle. Il s'agit à la fois d'une stratégie et d'un programme d'actions, qui peuvent être élaborés puis mis en oeuvre par les États, collectivités, associations, entreprises... Le Ministère en charge de l'écologie soutient les territoires qui s'engagent dans de telles démarches notamment à travers un cadre de référence national et une reconnaissance des projets territoriaux de développement durable et agendas 21 locaux.
Agriculture biologique
Mode de production agricole répondant à un cahier des charges précis et dont le point central est l'exclusion de produits chimiques de synthèse, à l'exception de ceux mentionnés dans une liste positive.
Agrosystème
Ecosystème modifié par l'Homme et dédié à l'agriculture.
Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine, AMVAP
Outil de protection ou de mise en valeur du patrimoine sur un secteur plus particulièrement sensible sur le plan architectural et paysager et qui ne se limite pas au seul patrimoine bâti. Elle constitue une servitude annexée au Plan Local d'Urbanisme et s'impose aux opérations de construction et d'aménagement. Suite à la loi portant engagement national pour l'environnement de juillet 2010 (dite loi Grenelle 2), les Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) deviennent des aires de mise en valeur de l'Architecture et du Patrimoine (AMVAP), dans lesquelles es objectifs du développement durable et l'intégration des problématiques énergétiques sont renforcés.
Aire de répartition
Zone géographique plus ou moins grande, continue ou discontinue, dans laquelle une espèce est présente.
Aire urbaine
Une aire urbaine est constituée d'un pôle urbain et de sa couronne périurbaine.
Aléa
Phénomène d’origine naturelle ou technologique susceptible d’occasionner des dégâts dans un espace donné.
Alluvions
Dépôts sédimentaires laissés par un cours d'eau (galets, sable, limons, argile...).
Ambroisie
Plante originaire d'Amérique du nord et introduite involontairement en France au cours du 19ème siècle. Elle est considérée aujourd'hui comme une espèce envahissante sur le territoire français.
Amiante
Matière fibreuse de la famille des minéraux fibreux et cristallins très répandue à la surface du globe et largement utilisée dans l'industrie et le bâtiment pour ses propriétés physiques, chimiques et son faible coût. Inhalée par l'organisme, la poussière d'amiante représente un danger pour la santé humaine.
Anatidés
Famille d'oiseaux aquatiques pourvus de pieds palmés, regroupant les cygnes, oies, canards, bernaches, sarcelles...
ANENA
Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches
ANSES
Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail, issue de la fusion de l'AFSSA et de l'AFSSET.
Anthropisé
Se dit d'un espace naturel transformé par l'intervention de l'homme.
AOC
Appellation d'origine contrôlée.
AOT
Autorité organisatrice des transports : collectivité territoriale chargée de la gestion des déplacements des personnes sur son territoire.
Aquifère
Formation géologique contenant de façon temporaire ou permanente de l'eau mobilisable, constituée de roches perméables et capable de la restituer naturellement et/ou par exploitation.
ARIA
Base de données du Ministère en charge de l'écologie, recensant les incidents ou accidents survenant dans les installations classées et susceptibles de porter atteinte à l'environnement, la santé et la sécurité.
Arrêté préfectoral de protection de biotope, APPB
Arrêté préfectoral ayant pour but la prévention de la disparition des espèces protégées (espèces animales non-domestiques ou végétales non-cultivées) par la fixation de mesures de conservation des habitats nécessaires à leur alimentation, à leur reproduction, à leur repos ou à leur survie.
ARS
Agence régionale de santé, Service de l'État ayant pour mission de mettre en place la politique de santé dans la région. Créée en 2010, l'ARS regroupe en une seule entité plusieurs organismes chargés au préalable des politiques de santé dans la région et les départements : directions régionales et départementales des affaires sanitaires et sociales (DRASS et DDASS), agences régionales de l'hospitalisation (ARH), groupements régionaux de santé publique (GRSP), Unions régionales des caisses d'assurance maladie (URCAM)...
Artificialisation des sols
On entend par surface artificialisée toute surface retirée de son état naturel (friche, prairie naturelle, zone humide etc.), forestier ou agricole, qu'elle soit bâtie ou non et qu'elle soit revêtue (exemple : parking) ou non (exemple : jardin de maison pavillonnaire). Les surfaces artificialisées incluent donc également les espaces artificialisés non bâtis (espaces verts urbains, équipements sportifs et de loisirs etc.) et peuvent se situer hors des aires urbaines, à la périphérie de villes de moindre importance voire de villages, à proximité des dessertes du réseau d'infrastructures, ou encore en pleine campagne (source : Ministère en charge de l'écologie).
ASN
Autorité de sécurité nucléaire
Assainissement collectif
Mode d'assainissement constitué par un réseau public de collecte et de transport des eaux usées vers un ouvrage d'épuration.
Assainissement individuel
Système de traitement des eaux usées permettant d'éliminer sur place les eaux usées d'une habitation, en principe sur la parcelle portant l'habitation, sans transport des eaux usées.
Assec
Se dit d'un cours d'eau ou plan d'eau qui se retrouve '' à sec '', sans eau pour des causes qui peuvent être naturelles (déficit pluviométrique pour une mare temporaire par exemple) ou artificielle (technique utilisée dans la gestion des étangs artificiels).

B

BASIAS
Inventaire historique des sites industriels et activités de service réalisé par le BRGM pour le Ministère en charge de l'écologie.
BASOL
Base de données du Ministère en charge de l'écologie des sites pollués ou potentiellement pollués qui appellent une action de l'administration
Bassin versant
Territoire qui recueille l'eau pour la concentrer dans une rivière et ses affluents. Un bassin versant est délimité par des lignes de partage des eaux.
Bâtiments à énergie positive, BEPOS
Bâtiments qui demandent peu d'énergie et dont la production énergétique est assurée par des systèmes autonomes comme par exemple l'éolien ou le photovoltaïque. En 2020, tous les nouveaux bâtiments devront être à énergie positive.
Bâtiments basse consommation, BBC
Bâtiments dont la consommation d'énergie moyenne est inférieur à 50 kWh/m2. Les lois issues du Grenelle en prévoient la généralisation dans la construction neuve en 2012, dans le cadre de la nouvelle réglementation thermique.
Benzène
Le benzène est un hydrocarbure aromatique cancérigène. Il est contenu dans les produits pétroliers comme l'essence ou le fioul. Il est rejeté lors de leur combustion ou par simple évaporation sous l'effet de la chaleur (réservoirs automobiles).
Biodéchets
Déchets biodégradables solides, pouvant provenir des ménages, d'industries agro-alimentaires, de professionnels des espaces verts publics et privés, d'horticulteurs, de commerçants et supermarchés, de cantines scolaires et restaurants... Les biodéchets des ménages comportent les déchets alimentaires, les déchets verts ou déchets de jardin, les papiers et cartons.
Biodiversité
Diversité biologique ou nombre et variété des espèces végétales et animales. On distingue la richesse spécifique (les différentes espèces), la diversité génétique - variété génétique au sein d'une même espèce - et la diversité écosystémique c'est-à-dire la variété des écosystèmes qu'on trouve sur Terre (forêts, prairies, lacs,...).
Biodiversité ordinaire
Milieux et espèces végétales et animales '' n'ayant pas de valeur intrinsèque identifiée comme telle mais qui, par l'abondance et les multiples interactions entre ses entités, contribue à des degrés divers au fonctionnement des écosystèmes et à la production des services qu'y trouvent nos sociétés. ''. (définition extraite du rapport Chevassus-au-Luis, 2009)
Biogaz
Gaz - principalement méthane - qui provient de la dégradation de la matière organique en l'absence d'oxygène. Ce phénomène naturel peut être observé dans les marais, les décharges d'ordures ménagères et les stations d'épuration.
Biomasse
Ensemble de matières organiques, végétales (forêts, milieux aquatiques, etc.) ou animales (effluents d'élevage, etc.)
Bon état
L'évaluation du bon état des masses d'eau de surface résulte du croisement entre bon état chimique (défini sur la base de la concentration de substances chimiques dangereuses ou prioritaires) et bon état écologique, ce dernier résultant du croisement entre l'état physico-chimique et l'état biologique. L'évaluation du bon état des eaux souterraines est conduite à partir du bon état chimique et quantitatif (équilibre entre prélèvements et capacité de renouvellement).
BRGM
Bureau de recherche géologique et minière.
BTP
Bâtiments et Travaux Publics

C

CARMEN
Outil de cartographie dynamique permettant de consulter et télécharger un certain nombre de données environnementales issues du système d'information géographique de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL).
CCI
Chambre de commerce et d'industrie
CEA
Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives
CEMAGREF
Centre national du machinisme agricole, du génie rural et des Eaux et Forêts. Le CEMAGREF est devenu fin 2011, l'IRSTEA, Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture.
CERN
Organisation européenne pour la recherche nucléaire
Certificats d'économie d'énergie
Dispositifs créés en 2005 qui reposent sur les vendeurs d'énergie (électricité, gaz, chaleur, froid, fioul domestique, carburants pour automobiles). Ils doivent promouvoir auprès de leurs clients, l'efficacité énergétique en leur proposant des actions conduisant à des économies d'énergie et obtiennent en contrepartie des certificats d'économie d'énergie.
CERTU
Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques du Ministère en charge de l'écologie.
CESER
Conseil économique, social et environnemental régional.
CETE
Centre d'études techniques de l'équipement. Service extérieur du Ministère en charge de l'écologie apportant des prestations d'ingénierie dans les domaines touchant aux infrastructures et à leur exploitation, à l'équipement, à l'aménagement du territoire ainsi qu'à l'environnement.
CGDD
Commissariat général au développement durable, au sein du Ministère en charge de l'écologie.
CGEDD
Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable, service du Ministère en charge de l'écologie
CIPRA
Commission internationale pour la protection des Alpes. Organisation à but non lucratif, non gouvernementale et indépendante qui oeuvre pour la protection et le développement durable des Alpes.
CITEPA
Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique
CMR
Cancérigène mutagène reprotoxique. Se dit des composés qui sont, soit toxiques pour la reproduction, pouvant entraîner entre autres des possibilités de stérilité, soit cancérigènes, pouvant entraîner un cancer, soit mutagène, entraînant des mutations génétiques. Certaines substances chimiques peuvent présenter plusieurs de ces dangers en même temps.
Coefficient de ruissellement
Part de l'eau qui ruisselle.
Cogénération
Technique qui permet de produire à la fois de la chaleur et de l'électricité. Les centrales de cogénération électricité-chaleur peuvent atteindre un rendement énergétique de l'ordre de 90 %.
Combustible solide de récupération
Combustible solide préparé à partir de déchets non dangereux destinés à être valorisés énergétiquement dans des installations d'incinération ou de co-incinération.
Comités locaux d'information et de concertation, CLIC 
Commissions constituées autour des installations Seveso seuil haut remplacées, à la suite de la loi Grenelle 2, par les CSS : commissions de suivi de site.
Commissions de suivi des sites, CSS :
Commissions constituées autour des installations industrielles qui, à la suite de la loi Grenelle 2, remplacent les CLIC et les CLIS.
Commissions locales d'information et de surveillance, CLIS 
Commissions constituées autour des installations de traitement des déchets remplacées, à la suite de la loi Grenelle 2, par les CSS, commissions de suivi du site.
Composés organiques volatils, COV
Ils sont composés de carbone et d'hydrogène et se trouvent sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Ils peuvent être d'origine humaine (provenant du raffinage, de l'évaporation de solvants, etc.) ou naturelle (émissions par les plantes ou certaines fermentations).I
Conservatoire du littoral et des rivages lacustres
Établissement public administratif de l'État sous la tutelle du Ministère en charge de l'écologie qui  mène une politique foncière visant à la protection des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres.
Consommation finale d'énergie
Quantité d'énergie consommée par l'utilisateur final. Elle exclut les pertes de distribution (par exemple les pertes en lignes ou celles dues au rendement des centrales électriques).
Contrat de développement durable Rhône-Alpes, CDDRA
Dispositif d'aide au développement des territoires sur des thèmes précis tels que l'économie, le tourisme, l'agriculture, la culture... Élaborés et signés entre la Région et les territoires qui le souhaitent, ces contrats permettent d'inciter et d'accompagner les acteurs d'un bassin d'emploi dans l'élaboration et la mise en oeuvre d'un projet de territoire sur 10 ans incluant un programme d'actions concret à 5 ans.
Contrat de projets État Région, CPER
Il définit les grandes orientations de l'action publique en termes d'équipement et de développement régional pour la période 2007-2013.
Contrat de rivière
Outil de programmation quinquennal passé, à l'échelle du bassin versant, entre maîtres d'ouvrage locaux et partenaires financiers (Europe, État, Agence de l'eau, Région, Département...) sur un programme d'actions concertées pour la réhabilitation et la valorisation des milieux aquatiques sur un périmètre donné.
Convention Alpine
Traité international pour la protection étendue et le développement durable des Alpes signé en 1991 et portant sur plusieurs domaines (aménagement du territoire et développement durable, protection de la nature et entretien des paysages, agriculture de montagne, forêts de montagne, tourisme, énergie, protection des sols, transports).
Convention de Ramsar
Traité intergouvernemental sur les zones humides adopté le 2 février 1971 à Ramsar en Iran. En ratifiant la convention, les États s'engagent notamment à mener une politique d'utilisation durable de ces zones humides et à inscrire au moins un site sur la liste des zones humides d'importance internationale. La France est devenue partie contractante en 1986. En 2009, on dénombre 36 sites Ramsar en France pour une superficie de plus de 3 millions d'hectares et plus de 3 000 en Rhône-Alpes.
Conventions de massif
Conventions interrégionales engageant l'État et les Régions concernées et traduisant les grandes orientations définies dans les schémas interrégionaux de massif. Elles ont été mises en place par la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux.
CORA
Centres Ornithologiques Rhône-Alpes. Fédération d'associations rhônalpines de protection de la nature.
Corine Land Cover
Base de données de l'inventaire biophysique de l'occupation des terres produite dans le cadre du programme européen de coordination de l'information sur l'environnement CORINE, piloté par l'Agence européenne pour l'environnement. En France, le Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du Ministère en charge de l'écologie est chargé d'en assurer la production, la maintenance et la diffusion.
Corridors écologiques
Passages de circulation reliant plusieurs espaces naturels entre eux et nécessaires à la faune (exemple : un amphibien vit en zone sèche mais doit rejoindre une mare pour se reproduire). La fragmentation de ces corridors, par une route par exemple, empêche la libre circulation de la faune et donc son bon développement. Les corridors écologiques assurent des connexions entre des réservoirs de biodiversité, offrant aux espèces des conditions favorables à leurs déplacements et à l'accomplissement de leur cycle de vie.
Coteau
Versant d'une colline ou d'un plateau.
Crue centennale
Crue dont la période retour est de 100 ans c'est-à-dire qui a 1 chance sur 100 d'arriver tous les ans soit 2 chances sur 3 d'arriver en 100 ans.

D

dB(A)
Les niveaux sonores se mesurent en décibels, unité notée dB. L'échelle des décibels est une échelle logarithmique. Ainsi, 3 dB supplémentaires correspondent à un doublement de l'énergie sonore, et 10 dB multiplient celle-ci par 10. Les décibels ne s'additionnent donc pas. Ils sont pondérés A pour restituer au mieux la perception du bruit par l'oreille humaine, pour laquelle à intensité égale les sons graves sont moins perceptibles que les sons aigus.
DBO5
Demande biochimique en oxygène pendant cinq jours. C'est un des paramètres de la qualité d'une eau, qui mesure la quantité de matière organique biodégradable contenue dans une eau. Elle est évaluée par l'intermédiaire de l'oxygène consommé par les micro-organismes impliqués dans les mécanismes d'épuration naturelle.
DDI
Directions Départementales Interministérielles
DDT
Direction départementale des territoires
Débardage par câble
En exploitation forestière, technique de transports des troncs par voie aérienne (comme un téléphérique) utilisée dans les massifs peu desservis par des pistes forestières ou dans des lieux au sol sensible.
Décharge brute
Désigne toute décharge faisant l'objet d'apports réguliers de déchets non inertes, exploitée ou laissée à la disposition de ses administrés par une municipalité, sans autorisation préfectorale au titre de la législation sur les installations classées. Elles sont désormais interdites par la réglementation.
Déchet dangereux
La définition d'un déchet dangereux est donnée par le code de l'environnement dans une classification des déchets qui définit des propriétés de danger : explosif, nocif, cancérigène, mutagène...
Déchets des activités des soins, DAS
Déchets provenant des hôpitaux et professions libérales de santé. Sont concernés : les déchets piquants, coupants, tranchants qui ne doivent en aucun cas être éliminés dans les poubelles classiques.
Déchets des entreprises
Déchets banals assimilables aux ordures ménagères et non collectés par le service public.
Déchets en mélange
Déchets non-triés donc résiduels.
Déchets inertes
Déchets qui ne subissent aucune modification physique, chimique ou biologique importante. Les déchets inertes ne se décomposent pas, ne brûlent pas, ne produisent aucune autre réaction chimique ou physique et ne sont pas biodégradables. Ils n'ont aucun effet dommageable sur d'autres matières avec lesquelles ils entrent en contact d'une manière susceptible d'entraîner une pollution de l'environnement ou de nuire à la santé humaine.
Déchets ménagers et assimilés
Déchets produits par les ménages et les activités économiques collectés par le service public d'élimination des déchets. . Ils comprennent les ordures ménagères et les déchets des collectivités et des entreprises.
Déchets ultimes
Déchets qui ne sont plus susceptibles dŽêtre traités dans les conditions techniques et économiques du moment par valorisation ou recyclage.
Déclaration d'utilité publique, DUP
Acte administratif reconnaissant le caractère d'utilité publique à une opération projetée par une personne publique ou pour son compte, après avoir recueilli l'avis de la population (enquête d'utilité publique). Cette déclaration est faite par le Préfet.
Décohabitation
Cessation de la cohabitation entre les parents et les enfants devenus majeurs ou entre des conjoints divorcés.
Dénitrification
Transformation des nitrates en azote atmosphérique sous l'action de bactérie spécifiques.
Dent creuse
C'est une parcelle ou groupe de parcelles non bâties, insérées dans un tissu construit. Un espace vide entouré de constructions : en ville, un terrain vague est une dent creuse. Elle peut être créée par la démolition d'un édifice.
Desserrement des ménages
Diminution de la taille moyenne des ménages due aux séparations, familles monoparentales, jeunes quittant le domicile parental, vieillissement de la population... Cela conduit à une augmentation du nombre des ménages et à un accroissement des besoins en logements.
Dioxines
Groupe de substances chimiques organiques persistantes dont les effets sur la santé sont mal évalués. Elles sont omniprésentes dans le sol, les sédiments et l'air. Elles peuvent être produites par l'activité des volcans ainsi que par les incendies de forêts. Elles sont également produites involontairement lors de processus thermiques mettant en présence du chlore et des substances organiques ou lors de l'incinération des déchets.
Dioxyde de carbone, CO2
Gaz carbonique, principal gaz responsable de l'effet de serre et du changement climatique.
Direction régionale de l'environnement, DIREN
Ancienne dénomination des services intégrés aux nouvelles DREAL.
Directive bruit
La directive européenne relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement du 25 juin 2002, traduite dans le droit français par le décret du 24 mars 2006, prévoit l'élaboration de deux outils : les cartes de bruit et les plans de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE). Les cartes de bruit constituent un diagnostic pour les infrastructures (terrestres et aériennes - en fonction de seuils de trafic) et des grandes agglomérations (plus de 100 000 habitants) à échéance 2007 ou 2012 selon leur importance. Les PPBE définissent les mesures prévues par les autorités compétentes pour traiter les situations identifiées, notamment grâce à ces cartes. Avec deux échéances, juillet 2008 (agglomérations de plus de 250 000 habitants, infrastructures routières empruntées par plus de 6 millions de véhicules par an, voies ferrées comptant plus de 60 000 passages de train par an, aéroports de plus de 50 000 mouvements par an) ou juillet 2013 (agglomérations de plus de 100 000 habitants, infrastructures routières empruntées par plus de 3 millions de véhicules par an, voies ferrées comptant plus de 30 000 passages de train par an).
Directive cadre sur l'eau
La directive européenne cadre sur l'eau d'octobre 2000 (dite DCE) a établi un cadre pour une politique communautaire de l'eau et renforce les principes de gestion de l'eau par bassin versant hydrographique déjà adoptés par la législation française (loi sur l'eau de 1992) avec les schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE). Elle affirme l'objectif ambitieux d'atteindre un bon état des masses d'eau superficielles et souterraines à l'horizon 2015.
Directive ERU
Adoptée en 1991 et transposée en droit français par la loi sur l'eau de 1992 la directive européenne sur les Eaux résiduaires urbaines poursuivait l'objectif de mettre à niveau le traitement des eaux usées urbaines dans les pays membres selon des échéances, et avec des moyens définis en fonction de la taille des agglomérations et de la sensibilité à l'eutrophisation des milieux récepteurs des rejets. Elle impose à toutes les agglomérations d'assainissement de plus de 2 000 équivalents-habitants (EH) de mettre en oeuvre la collecte et le traitement de leurs eaux usées conformément à des exigences qu'elle définit.
Directive inondation
La directive européenne relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation d'octobre 2007 (transposée en droit français par la loi de juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement et un décret de mars 2011) prévoit la réalisation successive de : - une évaluation préliminaire des risques d'inondation dans chaque district hydrographique, - une sélection des territoires à risque d'inondation important ainsi qu'une cartographie des surfaces inondables et des risques d'inondation pour ces territoires, - un plan de gestion des risques d'inondation pour chaque district hydrographique, devant se décliner au niveau des territoires à risque d'inondation important dans des stratégies locales proportionnées aux enjeux en présence et des plans d'action locaux de gestion des risques d'inondation. Le tout étant actualisé tous les 6 ans.
Directive régionale d’aménagement
Elle précise les objectifs et la stratégie de gestion durable des forêts domaniales. Elle comprend une analyse des caractéristiques de ces forêts et les recommandations techniques communes. Elle a été élaborée par l’ONF en 2006 et vient en application des Orientations régionales forestières. Elle sert de cadre pour l’élaboration des aménagements forestiers.
Directives territoriales d'aménagement et de développement durable
Les directives territoriales d’aménagement ont pour objectif de préciser, les orientations fondamentales de l'Etat en matière d'aménagement du territoire et de localisation des grandes infrastructures de transport. Elles sont établies en concertation avec la Région, les Départements et les communes de plus de 2 000 habitants. Elles sont opposables aux documents d’urbanisme. Il existe 2 DTA en Rhône-Alpes : celle de l’aire métropolitaine lyonnaise (2007) et celle des Alpes du Nord (en projet). La loi Grenelle 2 a créé les directives territoriales d’aménagement et de développement durable qui doivent se substituer aux anciennes DTA.
District hydrographique
Zone terrestre et maritime définie par la Directive Cadre sur l'Eau, composée d'un ou plusieurs bassins hydrographiques ainsi que des eaux souterraines et eaux côtières associées. Rhône-Alpes est concernée par deux districts hydrographiques : Rhône-Méditerranée et Loire-Bretagne.
DOCOB
Document d'objectifs qui est à la fois un document de diagnostic et un document d'orientation pour la gestion des sites Natura 2000 et y fixe des objectifs de protection de la nature.
Document d'information communal sur les risques majeurs, DICRIM 
Document réalisé par le maire dans le but d'informer les habitants de sa commune sur les risques naturels et technologiques qui les concerne, sur les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde mises en oeuvre ainsi que sur les moyens d'alerte en cas de survenance d'un risque.
Document stratégique régional, DSR
Ce document lie le Ministère en charge de l'écologie avec la DREAL Rhône-Alpes en ce qui concerne la stratégie d'actions du Ministère en région, concernant notamment la lutte contre les changements climatiques, la préservation de la biodiversité, la protection et gestion durable des ressources du territoire, la préservation de la santé et de l'environnement, la transition vers une économie verte et équitable...
Dossier départemental sur les risques majeurs, DDRM
Dossier dans lequel le préfet consigne toutes les informations essentielles sur les risques naturels et technologiques majeurs au niveau de son département, ainsi que sur les mesures de prévention et  de sauvegarde prévues pour limiter leurs effets.
DRAAF
Direction(s) régionale(s) de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt
DRE
Direction(s) régionale(s) de l'équipement. Ancienne dénomination de services intégrés aux nouvelles DREAL.
DREAL
Direction(s) régionale(s) de l'environnement de l'aménagement et du logement.
DRIRE
Direction(s) régionale(s) de l'industrie, de la recherche et de l'environnement. Ancienne dénomination de services intégrés aux nouvelles DREAL.

E

Éco quartier
Quartier conçu pour minimiser son impact sur l'environnement.
éco-conception 
L'éco-conception a pour objectif de limiter les impacts des produits sur l'environnement (réduction des consommations de matières premières et d'énergies, des déchets, des rejets…) en considérant toutes les étapes de leur cycle de vie (fabrication - distribution - utilisation - valorisation finale).
Éco-conditionnalité
Principe de subordination des attributions d'aides publiques au respect de normes environnementales.
Écosystème
Ensemble dynamique d'organismes vivants interagissant entre eux et de leurs habitats.
Effet domino
Accident survenant sur une installation qui peut avoir des conséquences sur les installations voisines et initier un second accident.
Endémique
Une espèce endémique est une espèce dont la présence à l'état naturel est limitée à un territoire donné.
Énergie finale
Énergie délivrée aux consommateurs pour être convertie en énergie utile, par exemple : électricité, essence, gaz, gazole, fioul domestique...
Énergie primaire
L'énergie primaire est l'ensemble des produits énergétiques non transformés, exploités directement ou importés (pétrole brut, gaz naturel, biomasse, rayonnement solaire, énergie hydraulique...).
Énergies renouvelables électriques
solaire photovoltaïque, éolien, hydroélectricité.
Énergies renouvelables thermiques et fatales
Solaire thermique, bois-énergie, biogaz, incinération
Éntomofaune
Insectes.
Éntomologique
Relatif aux insectes.
EPCI
Établissement public de coopération intercommunale
Épisode cévenol
Pluies intenses et durables provoquant des cumuls de pluviométrie de plusieurs centaines de millimètres en quelques heures.  Survient généralement à l'automne.
EPORA
Établissement public foncier de l'ouest Rhône-Alpes
Équivalent CO2
Unité dans laquelle est exprimée le PRG (potentiel de réchauffement global).
Équivalent-habitant, EH
Unité de mesure de la capacité d'une station d'épuration, ramenant toutes les pollutions à celle émise par une personne.
Espace rural
Espace qui n'appartient ni à l'espace urbain ni à l'espace périurbain.
Espace urbain
L'espace urbain comprend les pôles urbains et le périurbain.
Espaces naturels sensibles, ENS
Politique mise en oeuvre par les Départements, financée par la taxe départementale des espaces naturels sensibles. Les ENS ont pour objectif de préserver la qualité des sites, des paysages, des milieux naturels et des champs d'expansion des crues. Elles sont mises en oeuvre par l'acquisition ou le soutien à l'acquisition d'autres acteurs publics, de sites naturels, leur aménagement, gestion...
Établissement public foncier, EPF
Opérateur public qui intervient sur une aire de compétence définie et qui agit au service des stratégies foncières portées par les collectivités et/ou l'État.
Étages bioclimatiques
Notion botanique qui a été créée pour associer la répartition des êtres vivants (flore et faune) à des schémas climatiques liés à la géographie, aux valeurs climatiques (température, précipitation) et à l'altitude.
Étalement urbain
L'étalement urbain représente le phénomène d'expansion géographique des aires urbaines par l'implantation en périphérie, au détriment de larges zones principalement agricoles, de types d'habitat peu denses (banlieues pavillonnaires, maisons individuelles). Cette dilatation de l'espace urbain se traduit par une diminution de la densité des zones urbanisées du fait d'une extension géographique plus rapide que la croissance démographique. En d'autres termes, l'étalement urbain décrit le fait que les villes croissent en surface et que le territoire s'artificialise à un rythme beaucoup plus important que ne l'imposerait le seul facteur démographique (source Agence européenne de l'environnement).
Étiage
Baisse périodique du niveau d'un cours d'eau. Le débit d'étiage est le débit minimum d'un cours d'eau.
Eutrophisation
Type de pollution des eaux lacustres ayant pour cause un excès d'alimentation organique et se manifestant par la prolifération de certaines algues.
Évaluation environnementale
Démarche d'évaluation associant les services de l' État et la maître d'ouvrage, concernant les plans, programmes et projets en particulier d'aménagement qui par leurs dimensions, sont susceptibles d'affecter l'environnement. Elle vise à prendre en compte les enjeux environnementaux le plus en amont possible, c'est-à-dire au moment même de la conception du projet et d'en assurer le suivi dans le temps, ceci en développant la consultation et l'information du public. L'avis rendu par l'Autorité environnementale contribue à identifier les effets dommageables prévisibles sur l'environnement, propose les moyens de les éviter, les réduire ou les compenser.

F

Forêts de protection
Forêts classées par l'État dans un but de protection contre l'érosion, les avalanches, l'envahissement des eaux ou pour la protection de certains écosystèmes.

G

GASPAR
Gestion assistée des procédures administratives relatives aux risques naturels et technologiques - Cette application du Ministère en charge de l'écologie centralise au niveau national, à partir des données des services départementaux, toutes les informations sur les risques par commune : nature des risques, plans de prévention, arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle... Prim.net est le site internet d'information sur les risques alimenté par cette base de données.
Gaz fluorés
Gaz alimentant les systèmes réfrigérants et de climatisation. Ils sont à l'origine d'environ 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
Gestion différenciée
Gestion des espaces verts (parcs, jardins, talus...) plus proche de la nature et plus respectueuse de l'environnement, qui diffère selon les lieux et s'adapte à leurs usages.
GIEC
Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Le GIEC est un organe intergouvernemental, créé en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Le GIEC a pour mission d'évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d'origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d'éventuelles stratégies d'adaptation et d'atténuation. Le 4ème rapport d'évaluation du GIEC a été publié en 2007, le prochain le sera en 2014.
Grands ensembles
Quartiers d'habitat collectif introduit, à l'origine, comme un élément de modernité dans la banlieue, autonomes et caractérisés par leur forme (tours ou barres) et leur importance (au moins 500 logements).
Granulat
Sables et graviers complétés par une partie des calcaires, par les porphyres et granites.
Gravière
Carrière contenant du gravier.
Grenelle
Dans le cadre du profil environnemental de la région Rhône-Alpes, utilisé pour désigner le '' Grenelle de l'environnement ''. Initié en 2007, le Grenelle de l'environnement a réuni pour la première fois, l'État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Une première phase de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes organisées en 5 collèges (État, élus, représentants des entreprises, organisations syndicales de salariés, associations et fondations de protection de l'environnement) a permis d'aboutir à 268 engagements en faveur de l'environnement. 34 comités opérationnels ont ensuite travaillé pour proposer des actions concrètes pour la mise en oeuvre des engagements. La traduction législative des engagements du Grenelle Environnement s'est faite principalement à travers deux lois : la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement dite loi Grenelle 1 promulguée le 3 août 2009, et la loi portant engagement national pour l'environnement dite loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010. Le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), placé auprès du Ministre en charge de l'écologie assure le suivi de la mise en oeuvre des engagements du Grenelle et apporte son concours à la politique du Gouvernement en faveur du développement durable.
GWh
Gigawatt-heure, unité de mesure de la production ou de la consommation d'énergie. 1GWh = 1 000 000 kWh (kilowatt-heure).

H

Habitat naturel
Un habitat naturel ou semi naturel est un milieu qui réunit les conditions physiques et biologiques nécessaires à l'existence d'une espèce (ou d'un groupe d'espèces) animale(s) ou végétale(s).
HAP
Hydrocarbures aromatiques polycycliques. Ce sont des molécules principalement issues de combustion, susceptibles de nuire à la santé. Parmi celles-ci, le benzo(a)pyrène est un traceur de cette famille, reconnu cancérigène pour l'homme.

I

IFN
Inventaire forestier national.
Îlots de chaleur
Les îlots de chaleur urbains désignent des élévations localisées des températures enregistrées en milieu urbain par rapport aux zones rurales ou forestières voisines ou par rapport aux températures moyennes régionales.
Immigration nette
Nombre total d'immigrants moins le nombre total d'émigrants
Imperméabilisation des sols
Incapacité des sols revêtus à laisser l'eau s'infiltrer ou s'évaporer, rendant ainsi difficile le rechargement des masses d'eaux souterraines et contribuant au ruissellement et à l'aggravation du risque inondation.
Indice ATMO
Indice de qualité de l'air permettant de caractériser de manière simple et globale la qualité de l'air d'une agglomération. Il est calculé chaque jour à partir de 4 polluants : dioxyde de soufre, dioxyde d'azote, poussières fines et ozone.
Indice de jeunesse
Rapport entre le nombre de personnes de moins de 20 ans et le nombre de personnes de plus de 60 ans
INERIS
Institut national de l'environnement industriel et des risques
INRA
Institut national de la recherche agronomique.
INSEE
Institut national de la statistique et des études économiques.
Installation classée pour la protection de l'environnement, ICPE
Toute exploitation industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains est une installation classée. Les activités relevant de la législation des installations classées sont énumérées dans une nomenclature qui les soumet à différents régimes selon l'importance des risques ou des inconvénients qui peuvent être engendrés : Autorisation (A) : pour les installations présentant les risques ou pollutions les plus importants. L'exploitant doit faire une demande d'autorisation avant toute mise en service, démontrant l'acceptabilité du risque. Le préfet peut autoriser ou refuser le fonctionnement. Autorisation avec servitude (AS) : cela correspond à peu de chose près aux installations Seveso seuil haut au sens de la directive européenne. Ces installations présentent des risques technologiques. Déclaration (D) : pour les activités les moins polluantes et les moins dangereuses. Une simple déclaration en préfecture est nécessaire Enregistrement (E) : régime intermédiaire d'autorisation simplifiée entre le régime de déclaration et celui d'autorisation, mis en place en 2009.
Installation de stockage des déchets
Les installations de stockage des déchets, anciennement dénommées décharges ou centres d'enfouissement technique (CET) ou centre de stockage, sont de 3 types : - Les installations de stockage de déchets dangereux (anciennement CET de classe 1). - Les installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND - anciennement CET de classe 2) recevant principalement les déchets ménagers et assimilés. - Les installations de stockage de déchets inertes (ISDI - anciennement CET de classe 3) notamment ceux du BTP.
Installation nucléaire de base, INB
Installation soumise, de par sa nature ou en raison de la quantité ou de l'activité des substances radioactives qu'elle contient, à la loi du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (dite Loi TSN). Ces installations doivent être autorisées par décret pris après enquête publique et avis de l'ASN. Leurs conception, construction, exploitation (en fonctionnement et à l'arrêt) et démantèlement sont réglementés.
Intensité énergétique de l'économie
mesure la quantité d'énergie consommée nécessaire pour générer une unité de richesse.
Invasive
Une espèce invasive est une espèce, floristique ou faunistique, introduite, par erreur ou volontairement, et qui peut engendrer des problèmes pour l'environnement ou la santé. En Rhône-Alpes, l'ambroisie est une plante invasive.
INVS
Institut national de veille sanitaire
IREP
Registre français des émissions polluantes sur internet. Ce registre établi par le Ministère en charge de l'écologie est constitué des données déclarées chaque année par les exploitants des établissements soumis à l'obligation de déclaration de leurs rejets (installations industrielles, stations d'épuration urbaines de plus de 100 000 équivalents habitants, élevages - selon des seuils fixés par la réglementation).

K

Karst
Un karst est un massif calcaire dans lequel l'eau a creusé de nombreuses cavités. On parle de massifs ou de reliefs karstiques.
kWc
Kilowatt-crête. La puissance crête d'un système photovoltaïque correspond à la puissance électrique délivrée par ce même système dans des conditions standards d'ensoleillement (1 000 W/m²), de température (25°C) et de standardisation du spectre de la lumière (AM 1,5).
kWh
kilowattheure. 1 kWh correspond à l'énergie consommée par un appareil d'une puissance d'un kilowatt (1 000 watts) qui a fonctionné pendant une heure (1 kilowatt × 1 heure).

L

Lden
Les niveaux de bruit peuvent être exprimés en Lden (Level day, evening, night soit niveau jour, soirée, nuit). Cet indicateur de gêne donne le niveau de bruit moyen sur une journée de 24 heures, en donnant un poids plus fort au niveau du bruit le soir et la nuit : ce n'est donc pas un niveau de bruit réel ou mesuré mais une indication pondérée.
Lessivage
Entraînement par les eaux d'infiltration (par exemple des nitrates en excédent non utilisées par les plantes) vers les nappes d'eau souterraine.
LGV
Ligne de train à grande vitesse
Listes rouges de la faune et de la flore
Une liste rouge recense les espèces en mauvais état de conservation et les classe selon différentes catégories de menace. Il existe des listes rouges mondiales établies par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), aux échelles nationales et régionales.
Loi littoral
Loi du 3 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, communément appelée '' loi littoral '', dont l'objectif est de protéger les espaces terrestres et de réglementer les constructions ainsi que l'accès aux côtes.
Loi risques
Loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages, adoptée à la suite de l'accident survenu en septembre 2001 sur le site AZF de Toulouse. Ses principales dispositions concernent la création des comités locaux d'information et de concertation (CLIC) pour améliorer l'information et les échanges entre les différentes parties prenantes (industriels, collectivités, riverains...), des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) pour maîtriser le développement de l'urbanisation dans les zones exposées et résoudre des situations héritées du passé (proximité industrie - habitation, équipements...), l'indemnisation des victimes de catastrophes technologiques...
LPO
Ligue pour la protection des oiseaux.

M

Masse d'eau
La masse d'eau est le découpage territorial élémentaire des eaux superficielles et des eaux souterraines. C'est l'unité de gestion de la directive cadre sur l'eau et du SDAGE.
MEDDTL
Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement
Mesures agroenvironnementales (territorialisées), MAE(T)
Elles sont mises en oeuvre dans le cadre de la politique de développement rural européenne, cofinancées par l'État, l'Europe ey les collectivités territoriales. Des aides sont versées aux agriculteurs qui s'engagent dans des pratiques favorables à l'environnement, au-delà des exigences réglementaires, visant à compenser les sur-coûts ou le manque à gagner liés à ces pratiques. Elles sont ciblées prioritairement sur les enjeux environnementaux les plus forts : préservation de la biodiversité notamment dans les sites Natura 2000, préservation ou reconquête du bon état des eaux. Il s'agit notamment de la prime herbagère et du soutien à la conversion à l'agriculture biologique qui s'applique à l'ensemble du territoire régional. Il s'agit aussi de mesures dites territorialisées mises en application dans des sites prioritaires définis au niveau régional.
Métaux lourds
Métaux présentant une densité élevée, présents naturellement dans l'environnement à l'état de traces. Les principaux métaux lourds sont le plomb, le cadmium, le mercure, l'arsenic, le chrome et le nickel. Ils sont dangereux pour l'environnement car ils ne sont pas dégradables. Les métaux lourds ont diverses origines : les roches du sol (arsenic, plomb...) la pollution atmosphérique (plomb, cadmium...), les engrais (cadmium, plomb, arsenic...), les boues urbaines (mercure, plomb, cadmium...).
Microbiologique
Relatif au micro-organismes (bactéries, virus,...)
Microgramme ou µg
1µg = 0,000 000 001 kg = 0,000 001 gramme.
Mitage
Développement plus ou moins contrôlé de constructions sur des sols jusqu'alors voués à l'agriculture ou aux espaces naturels. Il en résulte une perte de cohérence des paysages et des connexions écologiques.
Monoxyde de carbone, CO
Polluant atmosphérique dont les émissions proviennent de combustions incomplètes (gaz, charbon, fioul ou bois). Il provient majoritairement des gaz d'échappement des véhicules. A forte teneur, il peut provoquer des intoxications.
MW
Mégawatt, unité de puissance. 1MW = 1000 kW (kilowatt)
MWe
Mégawatt électrique, mesurant la puissance électrique
MWh
Mégawatt-heure, unité de mesure de la production ou de la consommation d'énergie. 1MWh = 1000 kWh (kilowatt-heure).

N

Nanogramme ou ng
1 ng = 0,000 000 000 001 kg = 0,000 000 001gramme.
Nanoparticules
Éléments ayant une taille nanométrique c'est-à-dire entre 1 et 100 nanomètres (1 nanomètre est 1 million de fois plus petit qu'un mètre).
Natura 2000
Le réseau européen Natura 2000 est un réseau de sites écologiques qui vise à la fois la préservation de la diversité biologique et la valorisation du patrimoine naturel des territoires. Le maillage de sites s'étend sur toute l'Europe de façon à rendre cohérente cette initiative de préservation des espèces et des habitats naturels. Deux directives européennes - directive Oiseaux et directive Habitats faune flore  -  établissent la base réglementaire de ce grand réseau écologique européen. Les sites désignés au titre de ces deux directives forment le réseau Natura 2000. La directive Oiseaux, adoptée en 1979, propose la conservation à long terme des espèces d'oiseaux sauvages de l'Union européenne en ciblant 181 espèces et sous-espèces menacées qui nécessitent une attention particulière. Plus de 3 000 sites ont été classés par les États de l'Union en tant que zones de protection spéciales (ZPS). La directive Habitats faune flore, adoptée en 1992, établit un cadre pour les actions communautaires de conservation d'espèces de faune et de flore sauvages ainsi que de leurs habitats. Cette directive répertorie plus de 200 types d'habitats naturels, 200 espèces animales et 500 espèces végétales présentant un intérêt communautaire et nécessitant une protection. Des zones spéciales de conservation (ZSC) sont mises en place pour la protection de ces habitats et espèces.
Neige de culture
Neige produite artificiellement et utilisée sur les domaines skiables en début de saison ou en appoint en cas d'aléa climatique.
Nitrates
Substances chimiques naturelles qui entrent dans le cycle de l'azote et jouent notamment un rôle important comme engrais. Toutes les eaux naturelles contiennent normalement des nitrates à des doses variant selon les saisons. L’augmentation de la concentration en nitrates des eaux peut être d'origine diffuse (entraînement des nitrates provenant des engrais minéraux ou organiques non utilisés par les plantes) ou ponctuelle (rejets d'eaux usées domestiques, agricoles ou industrielles). Cela peut compromettre leur utilisation pour la production d’eau potable et conduit, dans certains cas, à des développements importants d’algues (eutrophisation).
NO2
Dioxyde d'azote. Voir aussi NOx.

O

OMS
Organisation mondiale de la santé.
ONCFS
Office national de la chasse et de la faune sauvage.
ONEMA
Office national de l'eau et des milieux aquatiques.
ONERC
Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique
ONF
Office national des forêts.
Ordures ménagères et assimilées, OMA
Déchets collectés en mélange dans la poubelle ordinaire, c'est-à-dire les ordures ménagères résiduelles, et les déchets collectés sélectivement, soit en porte-à-porte, soit en apport volontaire.
OREGES
Observatoire de l'énergie et des gaz à effet de serre
orientations régionales de gestion et de conservation de la faune sauvage et de ses habitats 
Les orientations régionales de gestion et de conservation de la faune sauvage et de ses habitats  précisent les objectifs à atteindre en matière de conservation et de gestion durable de l’ensemble de la faune (piscisole exceptée) et de ses habitats ainsi que la coexistence des différents usages de la nature (chasse, agriculture, sylviculture, activités de loisir, projets d’aménagement...). Elles ont été élaborées en 2004 pour 5 ans.
Orientations régionales forestières
Déclinaison régionale de la politique forestière nationale, les orientations régionales forestières fixent la stratégie à mener pour la gestion des forêts publiques et privées, ainsi que pour le développement des entreprises du bois, dans le contexte spécifique de la gestion durable. Elles ont été approuvées en Rhône-Alpes en 1999 et sont valables 15 ans.
ORSEC
Organisation de la réponse de sécurité civile. Le plan ORSEC définit l'organisation des secours en cas d'événement nécessitant une réponse dans l'urgence pour la protection des populations, quelle qu'en soit l'origine (catastrophe naturelle ou technologique, attaque terroriste, crise sanitaire ...). Au niveau départemental, il est établi par le Préfet. Les plans particuliers d'intervention établis pour les établissements Seveso constituent une disposition particulière du plan ORSEC.
Oxydes d'azote, Nox
Polluant atmosphérique (monoxyde d'azote + dioxyde d'azote) issu de la combustion de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole, essence...). Le dioxyde d'azote (NO2) est irritant pour les bronches. Le monoxyde d'azote (NO) n'est pas toxique pour l'homme aux concentrations auxquelles on le rencontre dans l'environnement.
Ozone  ou O3
A très haute altitude, dans la haute atmosphère, l'ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des rayons ultra-violets. Mais à basse altitude, c'est un polluant qui irrite les yeux et l'appareil respiratoire, et qui a des effets sur la végétation. Ce polluant pose problème essentiellement en été. En effet, il n'est pas directement émis dans l'atmosphère mais se forme par réaction chimique à partir d'autres polluants (notamment les oxydes d'azote, les composés organiques volatils...) sous l'action du rayonnement solaire.

P

PAC
Politique agricole commune.
PACA
Provence Alpes Côte d'Azur
Paquet climat-énergie
Le paquet dit climat-énergie de l'Union européenne est un plan d'actions pour une politique commune de l'énergie et de lutte contre le changement climatique. Les objectifs pour l'ensemble de l'Union européenne sont : faire passer la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergie à 20% (23 pour la France), réduire de 20% la consommation d'énergie, réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre.
Parcs nationaux
Espaces protégés soumis à une réglementation spécifique (articles L331 et R331 du code de l'environnement) qui assure la sauvegarde de leur patrimoine naturel et culturel reconnu comme exceptionnel. Fin 2009, il en existe 9 en France.
Parcs Naturels Régionaux, PNR
Les PNR sont créés pour protéger et mettre en valeur de grands espaces ruraux habités, dont les paysages, les milieux naturels et le patrimoine culturel sont de grande qualité, mais dont l'équilibre est fragile. La charte d’un Parc naturel régional est le contrat qui concrétise le projet de protection et de développement de son territoire pour douze ans maximum. Elaborée à l’initiative de la Région, elle engage les collectivités du territoire qui l’ont adoptée, ainsi que l’Etat qui l’approuve par décret. Le plan du Parc, intégrée à la charte, décline les interventions prévues en fonction des particularités du territoire. Il y a 6 PNR en Rhône-Alpes : Chartreuse (charte couvrant la période 2008-2019), Haut-Jura (2010-2020), Massif des Bauges (2008-2020), Monts d'Ardèche (2001-2013), Pilat (2013-2025), Vercors (2008-2020). Le PNR des Baronnies est en cours de création.
Patrimoine mondial de l'Unesco
Défini dans la convention adoptée le 16 novembre 1972 concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel comme tout monument, ensemble ou site dont le caractère exceptionnel nécessite '' l'intérêt collectif de la communauté internationale de coopérer à la protection de ce patrimoine ''.
PCB
Polychlorobiphényles. Dérivés chimiques chlorés plus connus sous le nom de pyralène. Leur toxicité étant avérée, ils sont interdits. Ils ont été utilisés pour leurs qualités d'isolants électriques et de lubrification. Du fait de leur persistance, ils s'accumulent dans les sols et sédiments. Ils font l'objet d'un plan d'action national.
PEFC
Programme de reconnaissance des certifications forestières (programme for the endorsement of forest certification schemes). Ce système international de certification de la filière bois-forêt permet d'assurer au consommateur que le bois qu'il achète provient d'une forêt gérée durablement. Tous les maillons de la filière (du producteur à l'utilisateur) doivent se conformer à des cahiers des charges spécifiques. Le respect de ces engagements est régulièrement contrôlé par des organismes indépendants.
Percentile 90
Valeur à laquelle 90% des valeurs de l'échantillon sont inférieures.
Pergélisol
Sol (ou roche) qui se maintient à une température égale ou inférieure à 0°C c'est-à-dire qui ne dégèle pas pendant au moins deux ans.
Périmètre de transports urbains, PTU
Aire de compétence d'une autorité organisatrice de transports collectifs urbains. L'aire peut recouvrir une ou plusieurs communes.
Périurbain
Le périurbain inclut les couronnes périurbaines et les communes multipolarisées, dont au moins 40% de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines.
Périurbanisation
La périurbanisation se distingue de l'étalement urbain en ce qu'elle fait référence au système urbain, au rapport entre la ville-centre et ses espaces périphériques en augmentation.
Perturbateurs endocriniens
Molécules agissant sur l'équilibre hormonal des espèces vivantes. Elles sont souvent susceptibles d'avoir des effets indésirables sur la santé en altérant des fonctions telles que la croissance, le développement, le comportement, la production, l'utilisation et le stockage de l'énergie, la circulation sanguine, la fonction sexuelle et reproductrice.
Plan climat énergie territorial, PCET
Projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatique. Institué par le Plan Climat national et rendu obligatoire par les lois Grenelle 1 et 2 pour les Régions, Départements et collectivités territoriales de plus de 500 000 habitants, il constitue un cadre d'engagement pour le territoire. Le PCET vise deux objectifs : l'atténuation, il s'agit de limiter l'impact du territoire sur le climat en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la perspective du facteur 4 (diviser par 4 ces émissions d'ici 2050) - l'adaptation, il s'agit de réduire la vulnérabilité du territoire puisqu'il est désormais établi que les impacts du changement climatique ne pourront plus être intégralement évités. Il en existe plus de 50 en Rhône-Alpes en 2012.
Plan climat national
Le Plan Climat français est le plan d'actions mis en oeuvre par la France pour lutter contre le changement climatique et ainsi atteindre l'objectif d'une réduction par 4 des émissions de gaz à effet de serre nationales d'ici à 2050. Il s'inscrit dans le cadre des engagements européens (paquet climat-énergie...) et internationaux (Protocole de Kyoto...). Il est actualisé tous les deux ans.
Plan communal de sauvegarde, PCS
Le PCS est un document visant à organiser les moyens communaux existants pour faire face aux situations d'urgence. Il est obligatoire pour les communes soumises à un plan de prévention des risques naturels ou concernées par un plan particulier d'intervention (installation nucléaire ou établissement de type Seveso). Maillon local de l'organisation de la sécurité civile, le plan communal de sauvegarde s'intègre dans l'organisation générale des secours constitué par le dispositif ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile). Organisant la réponse de proximité en prenant en compte l'accompagnement et le soutien aux populations sinistrées ainsi que l'appui aux services de secours, il est l'outil opérationnel mis en oeuvre par le maire dans son rôle de gestionnaire d'un événement de sécurité civile.
Plan d'exposition au bruit, PEB
Document d'urbanisme fixant les conditions d'utilisation des sols exposés aux nuisances dues au bruit des aéronefs. Le PEB vise à interdire ou limiter les constructions pour ne pas augmenter les populations soumises aux nuisances. Il anticipe à l'horizon 15/20 ans le développement de l'activité aérienne, l'extension des infrastructures et les évolutions des procédures de circulation aérienne. Il comprend un rapport de présentation et une carte à l'échelle du 1/25 000 qui indique les zones exposées au bruit. L'importance de l'exposition est indiquée par les lettres A, B, C, ou D : -Zone A : Exposition au bruit très forte -Zone B : Exposition au bruit forte -Zone C : Exposition au bruit modérée -Zone D : Exposition au bruit faible
Plan de déplacements urbains, PDU
Créés par la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996, les plans de déplacement urbain déterminent à l’échelon local l’organisation des transports des personnes et marchandises. Ils visent à développer les transports collectifs et les modes de transport propres, à organiser la circulation, le stationnement, et à aménager l’espace public. Ils sont obligatoires pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants et établis pour une durée de 5 à 10 ans. En juillet 2010, 8 PDU obligatoires sont validés ou en cours d’élaboration en Rhône-Alpes dans les agglomérations d’Annecy, Annemasse, Chambéry, Grenoble, l’Isle d’Abeau, Lyon, Saint-Etienne, Valence. Certaines collectivités en élaborent de manière volontaire.
Plan de gêne sonore, PGS
Plan qui délimite des zones dans lesquelles les riverains d'aéroports peuvent bénéficier d'une aide à l'insonorisation de leur logement. Cette aide ne peut être allouée que sous certaines conditions. Seuls les 10 principaux aéroports français sont dotés d'un PGS. Il se présente sous forme d'un rapport et d'une carte à l'échelle 1/25 000 indiquant 3 types de zones : - la zone 1 dite de très forte nuisance - la zone 2 dite de forte nuisance, - la zone 3 dite de nuisance modérée.
Plan de gestion du risque inondation ou PGRI 
Plan qui, à la suite de la directive européenne d’octobre 2007 relative à la gestion des risques inondations et de sa transposition en droit français par la loi Grenelle 2, devra, à l’échelle du bassin hydrographique, fixer des objectifs en matière de gestion des risques d’inondation et développer les mesures prises pour atteindre ces objectifs. Ces plans devront être élaborés d’ici décembre 2015.
Plan de prévention des risques inondations, PPRi
Plan de prévention des risques naturels spécifique aux inondations.
Plan de prévention des risques technologiques , PPRT
Instauré par la loi relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages du 30 juillet 2003, le PPRT concerne l'ensemble des installations classées Seveso avec servitudes. Le PPRT est un outil de maîtrise de l'urbanisation aux abords des installations industrielles. C'est le Préfet qui prescrit, élabore, et approuve le plan après enquête publique.
Plan de prévention des risques, PPR
Le plan de prévention des risques naturels est un document réalisé par l'État qui réglemente l'utilisation des sols en fonction des risques naturels auxquels ils sont soumis. Cette réglementation va de l'interdiction de construire à la possibilité de construire sous certaines conditions. Le PPR constitue une servitude d'utilité publique. Il est annexé aux documents d'urbanisme existants (POS ou PLU) et il est opposable aux particuliers comme aux collectivités.
Plan de protection de l'atmosphère, PPA
Plan introduit par la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie du 30 décembre 1996 s’appliquant aux agglomérations de plus de 250.000 habitants et aux zones dans lesquelles les valeurs limites de qualité de l'air ne sont pas respectées. Il vise à ramener dans la zone les concentrations en polluants à un niveau inférieur aux valeurs limites. Pour ce faire des prescriptions particulières applicables aux différentes sources d'émission (chaudières, usines, trafic routier, combustion du bois, ...) sont prises par arrêté préfectoral. Les 3 plans de protection de l’atmosphère de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne sont entrés en révision en 2011. Un quatrième PPA a été élaboré pour la vallée de l’Arve en raison des dépassements récurrents des valeurs réglementaires relatives aux particules et d’une pollution aux HAP d’origine essentiellement industrielle dans la vallée.
Plan Ecophyto 
À la suite du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 2018 établi en 2008 constitue l’engagement des parties prenantes à réduire l’usage des pesticides au niveau national. Il vise notamment à réduire la dépendance des exploitations agricoles aux produits phytos, tout en maintenant un niveau élevé de production agricole, en quantité et en qualité. Etabli au niveau national, il est décliné à l’échelle régionale.
Plan local d'urbanisme, PLU
Document d’urbanisme qui à l’échelle d’une commune ou d’un groupement de communes établit un projet global d’urbanisme et d’aménagement et fixe les règles générales d’utilisation des sols. Depuis le vote de la loi SRU (Solidarité Renouvellement Urbain) le 13 décembre 2000, le PLU remplace le plan d'occupation des sols (POS).
Plan Loire
Plan d’aménagement global qui vise à concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement, le développement économique dans une perspective de développement durable. Il repose sur un contrat de projet inter-régional (CPIER) 2007-2013 signé entre l’Etat, l’Etablissement public Loire, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et 9 Régions Auvergne dont Rhône-Alpes.
Plan national santé environnement, PNSE
Le deuxième plan national santé environnement (PNSE2) a été adopté en 2009 suite au Grenelle de l'environnement. Il présente les actions selon deux axes : d'une part, réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé, et d'autre part, réduire les inégalités environnementales. Il comporte 12 mesures phares :  1. Réduire de 30% les émissions de particules fines dans l'air et diminuer les émissions dans l'air et dans l'eau de 6 substances toxiques d'ici 2013 : mercure, arsenic, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), benzène, perchloroéthylène et PCB/dioxines 2. Mettre en place un étiquetage sanitaire des produits de construction, de décoration ainsi que des produits les plus émetteurs de substances dans l'air intérieur des bâtiments, et rendre obligatoire l'utilisation des produits et matériaux les moins émissifs dans les écoles et crèches 3. Favoriser les mobilités douces en sécurisant les zones pour les piétons et les cyclistes et en intégrant cette problématique dans les outils de planification 4. Assurer la protection des aires d'alimentation des 500 captages d'eau les plus menacés 5. Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments dans l'environnement 6. Mettre en place dès 2010 un programme de biosurveillance sanitaire de la population 7. Expérimenter un dispositif de traçabilité des expositions professionnelles dans 4 régions 8. Renforcer le contrôle des substances, mélanges et articles mis sur le marché en France, notamment sur les produits destinés aux enfants, et développer la recherche et l'information sur les substances toxiques pour la reproduction et les perturbateurs endocriniens 9. Réduire l'exposition aux substances préoccupantes dans l'habitat et les bâtiments accueillant des enfants 10. Développer des conseillers Habitat santé ou en environnement intérieur 11. Poursuivre le programme de résorption de l'habitat indigne 12. Identifier et gérer les points noirs environnementaux, qui sont des zones susceptibles de présenter une surexposition à des substances toxiques
Plan particulier d'intervention, PPI
Plan d'urgence définissant l'organisation des secours en cas d'accident dans un établissement Seveso.
Plan pluriannuel régional de développement forestier ou PPRDF 
Instaurés par la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010, les plans régionaux de développement forestier identifient à l’échelle régionale les massifs forestiers (97 en Rhône-Alpes) qui justifient, en raison de leur insuffisante exploitation, des actions prioritaires pour la mobilisation du bois. Il en analyse les forces et faiblesses et définit les actions à mettre en œuvre à court terme pour y remédier. Il porte sur la période 2011-2015.
Plan régional d'élimination des déchets dangereux, PREDD
Document de planification élaboré par la Région. Sur la base d'un état des lieux de la gestion des déchets dangereux (quantités collectées et traitées, sites de traitement...) il fixe des objectifs et propose des mesures à prendre afin de prévenir la production de déchets dangereux, d'améliorer leur gestion et de diminuer les risques liés à ces déchets. Il a pour objet de coordonner les actions qui seront entreprises tant par les pouvoirs publics que par des organismes privés. Il doit être évalué, et au besoin révisé, tous les 6 ans. Il date de 2010 en Rhône-Alpes.
Plan régional de l'agriculture durable ou PRAD
ll fixe pour 7 ans (2012-2019) les grandes orientations de la politique agricole, agroalimentaire et agroindustrielle de l'État dans la région, en tenant compte des spécificités des territoires. La contribution à un développement durable des territoires et l'intégration des enjeux environnementaux font partie des 3 ambitions majeures du PRAD.
Plan régional pour l'agriculture et le développement rural, PRADR
Plan défini par la Région Rhône-Alpes en 2005 après concertation et visant à soutenir la filière agricole par l'accompagnement de projets et la valorisation des savoir-faire, l'optimisation des filières face aux attentes du marché et le développement des territoires et nouvelles synergies dans le respect des contextes environnementaux.
Plan régional pour la qualité de l'air, PRQA
Plan introduit par la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie du 30 décembre 1996, il fixe les orientations de la qualité de l'air l'échelle régionale.
Plan régional santé environnement
Le plan régional santé environnement 2010-2013 Rhône-Alpes (PRSE2), lancé fin 2010, donne la priorité à 31 actions pour un environnement favorable à la santé des habitants de la région. Elles concernent les sites et sols pollués, les zones multi expositions, les allergies polliniques, la qualité de l'air intérieur, l'habitat indigne, les nuisances sonores, la pollution de l'eau, l'eau potable, l'éducation à la santé environnementale, l'alimentation...
Plan Rhône
Projet global de développement durable sur le fleuve et sa vallée, développé autour de 6 axes : patrimoine et culture, tourisme, inondations, qualité des eaux ressources et biodiversité, énergie, transport fluvial. Contrat de projet interrégional passé entre l'État, ses établissements publics et les Régions Rhône-Alpes, Bourgogne, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d'Azur ainsi que le Comité de bassin Rhône-Méditerranée et la Compagnie nationale du Rhône.
Plans de prévention et de gestion des déchets issus des chantiers du bâtiment et des travaux publics
Plans rendus obligatoires par la loi Grenelle 2 et dont l’élaboration est confié aux Départements. Chaque plan doit dresser un état des lieux de la gestion des déchets, développer un programme d’actions de prévention afin de réduire les quantités et la nocivité des déchets générés, des objectifs et des indicateurs relatifs aux actions de réduction et de valorisation des déchets, les moyens nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés. Ils sont en cours d’élaboration en Rhône-Alpes.
Plans départementaux de prévention et de gestion des déchets non dangereux 
Ancien plans départementaux d’élimination des déchets ménagers et autres déchets, modifiés en 2011 pour intégrer les objectifs du Grenelle de l’environnement relatifs à la prévention et à la gestion des déchets. Sur les 7 plans en vigueur, 3 relativement récents ont anticipé ou intégré les orientations et objectifs établis au niveau national (Ain en 2007 mais annulé par le tribunal administratif en 2011, Isère en 2008, Loire en 2010), 4 sont plus anciens (Rhône et Savoie en 2003, Drôme-Ardèche en 2005 et Haute-Savoie également en 2005 mais annulé). Les plans du Rhône et de la Haute-Savoie sont en cours de révision. Les plans les plus anciens devront être révisés au plus tard en 2013.
Plans nationaux d’action en faveur de la conservation des espèces ou PNA
Les plans nationaux d’action (PNA) ont pour rôle de définir et mettre en œuvre des actions d’étude, de conservation et de restauration des espèces considérées comme menacées sur le territoire français. Début 2012, 72 plans étaient initiés en France, 16 déclinés en Rhône-Alpes et 5 coordonnées par l’Etat en région.
Plantes messicoles
Plantes annuelles qui poussent avec les céréales, plus communément appelées '' fleurs des champs ''.
PMPOA
Programme de maîtrise des pollutions d'origine agricole.
Point noir du bruit
Est constitué par un ou plusieurs bâtiments situés dans une zone devant supporter une exposition en façade supérieure aux seuils réglementaires. Ce critère acoustique est défini en application de la réglementation française et de la directive européenne de 2002 relative au bruit, en prenant en compte le bruit de jour et de nuit, en distinguant les infrastructures routières et ferroviaires. Pour caractériser un point noir du bruit on se réfère également à des critères d'antériorité c'est-à-dire au fait que l'autorisation de construire du ou des bâtiments est antérieure à 1978, date de la mise en application de la réglementation de protection du bruit.
Poissons migrateurs
Poissons qui se déplacent périodiquement entre leur zone de reproduction et leurs zones de développement (lieu de vie des juvéniles et des adultes). Certaines espèces vivent alternativement en eau douce et en eau de mer (poissons amphihalins) - on les appelle grands migrateurs.
Pôle de compétitivité
Association d'entreprises, de centres de recherche et d'organismes de formation sur un territoire donné, engagés ensemble sur des projets innovants à vocation internationale. Cette politique vise à susciter et soutenir les initiatives émanant des acteurs économiques et académiques présents sur un territoire.
Pôle urbain
Un pôle urbain est : - une commune ou un ensemble de communes de plus de 2 000 habitants qui présente une continuité du tissu bâti (moins de 200 mètres entre deux constructions, à condition que la moitié au moins de la population de chaque commune habite dans cette zone bâtie continue), - qui offre au moins 5 000 emplois, - qui n'est pas situé dans la couronne périurbaine d'un autre pôle urbain.
Porter à connaissance
Document établi par le Préfet en amont de l'élaboration des documents d'urbanisme. A cette occasion, l'État porte à la connaissance des collectivités les informations nécessaires à l'exercice de leurs compétences : éléments juridiques tels que directives territoriales d'aménagement, servitudes d'utilité publique (SUP), projets d'intérêt général (PIG), protections existantes en matière de préservation et de patrimoine, de risques...
Potentiel ou pouvoir de réchauffement global, PRG
Indicateur qui vise à regrouper, sous une seule valeur, l'effet additionné de toutes les substances contribuant à l'accroissement de l'effet de serre. Conventionnellement, on se limite pour l'instant aux gaz à effet de serre direct et plus particulièrement aux six gaz pris en compte dans le protocole de Kyoto, à savoir : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N2O), les hydrofluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC) et l'hexafluorure de soufre (SF6). Cet indicateur est exprimé en équivalent CO2. Par définition, le PRG du CO2 est fixé à 1 et celui des autres substances exprimées relativement au CO2 : 24 pour le CH4, 310 pour le N2O.
Prévalence
Nombre de cas d'une maladie, ou de tout autre problème de santé, dans une population définie à un moment donné
Production brute standard
Valeur de la production potentielle des exploitations agricoles. Elle est calculée à partir de coefficients appliqués aux surfaces agricoles et aux cheptels. Ces coefficients résultent de valeurs moyennes sur la période 2005 à 2009.
Produit intérieur brut , PIB
Indicateur économique de la richesse produite utilisé pour mesurer la croissance économique d'un pays.
Produits phytosanitaires
Produits qui soignent les organismes végétaux. Il s'agit de substances actives ou d'une association de plusieurs substances chimiques ou micro-organismes. L'expression  produit phytosanitaire  est couramment employée dans un sens proche de pesticides.
Programme d'action de prévention contre les inondations, PAPI
Outil de contractualisation entre l'État et les collectivités, les PAPI ont pour objet de promouvoir une gestion intégrée des risques d'inondation, à l'échelle du bassin de risque, en vue de réduire leurs conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l'environnement. Initiés en 2002 par le Ministère en charge de l'écologie, ils s'inscrivent désormais dans le cadre la mise en oeuvre de la directive européenne relative aux inondations de 2007.
Programme de développement rural hexagonal, PDRH
Il est établi pour la période 2007 - 2013 et mobilise le fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). Il est complété au niveau régional par le DRDR (document régional de développement rural).
Programme d’action sur les PCB du bassin Rhône-Méditerranée 
Les programmes d’actions 2008-2010 et 2011-2013 du bassin Rhône-Méditerranée visent à mieux comprendre les origines, les mécanismes et l’étendue de cette pollution à l’échelle du bassin. Ils s’inscrivent dans le plan national initié en 2008.
Programme Nitrates 
Programme d’action mis en place dans le cadre de la directive européenne nitrates et concernant les zones dites « vulnérables ». Il comprend des mesures obligatoires au titre de la directive européenne (périodes minimales d’interdiction d’épandage, prescriptions relatives au stockage des effluents d’élevage, limitation de l’épandage des fertilisants azotés basée sur l’équilibre de la fertilisation, limitation des quantités d’effluents d’élevage épandue par exploitation…) ainsi que des mesures issues du Grenelle (exigences relatives à la couverture des sols en hiver et au maintien de bandes végétalisées permanentes le long des cours d’eau). Le 5ème programme d’action qui entrera en vigueur en 2013 ne sera plus établi à l’échelle départementale mais aux échelles nationale et régionale.
Programme Régional Opérationnel d’Actions en Santé Environnement ou PROPASE
Autour de trois objectifs principaux (améliorer la santé environnementale des Rhônalpins réduire les inégalités en termes d’exposition et d’accès à la santé environnementale ; favoriser l’appropriation de la santé environnementale par la population et l’ensemble des acteurs régionaux) ce programme mis en place par la Région fera de Rhône-Alpes l’une des premières Régions de France à mettre en œuvre une telle politique de santé publique.
Projet régional de santé, PRS 
Il a été arrêté le 29 novembre 2012 par l'Agence régionale de santé et prend effet pour une durée de cinq ans. Il comporte le Plan stratégique régional de santé (PSRS) qui définit, en déclinaison de la politique nationale de santé, les priorités de la région Rhône Alpes, ainsi que plusieurs schémas et programmes, dont le schéma régional de prévention qui comporte un volet relatif aux risques environnementaux.
Projet stratégique agricole et de développement rural, PSADER
A l'échelle d'un bassin de vie, sur le territoire d'un Contrat de Développement Rhône-Alpes (CDRA) ou sur celui d’un Parc Naturel Régional (PNR), la Région accompagne la mise en œuvre d'un projet stratégique agricole et de développement rural élaboré de manière concertée avec l'ensemble des acteurs du territoire et répondant aux objectifs suivants : renforcer l'attractivité et l'identité du territoire en favorisant le maintien de l'agriculture et son ancrage territorial ; positionner l'agriculture dans la stratégie globale de développement économique du territoire et aider les agriculteurs à s'adapter à une évolution du monde rural de moins en moins exclusivement agricole ; rechercher un équilibre entre espaces naturels, agricoles ou forestiers et espaces urbanisés et organiser la multifonctionnalité de ces espaces ; résorber la fracture entre les espaces dynamiques et les espaces en recul économique et social ; aider les acteurs forestiers à se mobilier en faveur de la multifonctionnalité de la forêt et créer des filières locales bois.
Puits de carbone
Capacité des océans et des forêts et à capter une partie du carbone rejetée dans l'atmosphère.
PVC
Polychlorure de vinyle. Matériau plastique d'usage courant.

R

Radioisotope
Produit constitué d'atomes ayant la propriété d'émettre des rayonnements.
Radon
Gaz radioactif rare.
REACH
Acronyme anglais pour registration, evaluation and authorisation of chemicals soit en français, règlement sur l'enregistrement, l'évaluation, l'autorisation et les restrictions des substances chimiques.
Recyclage
Retraitement de matériaux ou de substances contenus dans des déchets dans le but de contribuer en totalité ou partie à la fabrication de nouveaux produits, matériaux ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d'autres fins. Cela inclut le retraitement des matières organiques, mais n'inclut pas, notamment, la valorisation énergétique, la conversion pour l'utilisation comme combustible, les procédés comportant une combustion ou une utilisation comme source d'énergie, y compris l'énergie chimique, ou les opérations de remblayage.
Redevance
L'Agence de l'eau perçoit des redevances payées par les usagers de l'eau (ménages, collectivités, industriels, agriculteurs...). Elles sont fondées sur l'impact des activités humaines sur l'environnement.
Renouvellement urbain
Notion définie dans la loi de '' Solidarité et Renouvellement Urbain '' du 13 décembre 2000 qui la substitue à la notion de '' Restructuration Urbaine '' et dont l'application consiste à consiste à opérer une transformation des quartiers marqués par des difficultés en suivant 4 axes d'amélioration principaux : cohésion sociale, développement économique, traitement spatial de la ville, diversification des fonctions urbaines (habitats, activités, services).
Reprotoxique
Toxique pour la reproduction, c'est-à-dire pouvant nuire à la fertilité, ou perturber le développement du foetus.
RERA
Réseau écologique Rhône-Alpes
Réserve biologique domaniale ou forestière
Espace forestier relevant du régime forestier et gérés à ce titre par l'Office national des forêts et classé dans un but de protection du milieu, de la faune et de la flore associées. On parle de '' réserve biologique domaniale '' quand il s'agit du domaine forestier de l'État et de '' réserve biologique forestière '' quand il s'agit de forêts appartenant aux communes, aux départements, aux régions ou aux établissements publics.
Réserve naturelle nationale
Espace naturel protégé dans un objectif de conservation de la faune, de la flore, du patrimoine géologique ou paléontologique présentant une importance particulière à l'échelle nationale. En fonction des enjeux, de la situation géographique et du contexte local, le classement en réserve naturelle est opéré par l'Etat, par la Région ou par la Collectivité territoriale de Corse. Dans tous les cas, la création des réserves naturelles fait l'objet de consultations locales. L'autorité administrative, à l'initiative du classement, confie la gestion à un organisme local.
Réserve naturelle régionale
Espace naturel protégé dans un objectif de conservation de la faune, de la flore, du patrimoine géologique ou paléontologique présentant une importance particulière. La Région en a la charge.
Réservoir biologique
Notion définie par l'article R214-108 du code de l'environnement. Il s'agit de cours d'eau ou tronçons de cours d'eau reconnus comme biologiquement très riches et dotés d'espèces révélatrices d'un bon fonctionnement du milieu. Ces réservoirs jouent un rôle de pépinière car ils permettent de repeupler naturellement les tronçons perturbés d'un même bassin versant.
Réservoir de biodiversité
Espace dans lesquel la biodiversité est la plus riche ou la mieux représentée, où les espèces peuvent effectuer tout ou partie de leur cycle de vie et où les habitats naturels peuvent assurer leur fonction en ayant notamment une taille suffisante.
RFF
Réseau ferré de France.
Ripisylves
Formations végétales qui se développent sur les bords des cours d'eau ou des plans d'eau.
risque
Le risque est la probabilité que survienne un phénomène, d’origine naturelle ou technologique, pouvant constituer une menace pour les personnes, les biens, l’économie, l’environnement, etc. Le niveau de risque est estimé au regard des conséquences qu’aurait le phénomène s’il se produisait : plus les pertes potentielles sont élevées, plus le risque est important, et inversement. Il se mesure en croisant les données relatives à l’aléa, aux enjeux exposés et à leur vulnérabilité.
Rivière phréatique
Cours d'eau dont le débit provient essentiellement de la nappe phréatique qu'il draine.
RNSA
Réseau national de surveillance aérobiologique.
Roche alluvionnaire
Roche formée par les dépôts sédimentaires laissés par un cours d'eau (galets, sable, limons, argile...).
Roche massive
Roche plutôt homogène et compacte.
Roche meuble
Roche constituée d'éléments ayant peu de cohésion (sables ou argiles par exemple).
Ruissellement
Écoulement des eaux de pluie à la surface du sol pouvant transporter notamment des polluants et, ne s'infiltrant pas, empêchant les eaux souterraines de se renouveler.

S

Schéma d'aménagement et de gestion des eaux, SAGE
Document de planification élaboré par une Commission Locale de l'Eau à l'échelle d'un bassin versant. Il doit être compatible avec le SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux). Il comprend un plan d'aménagement et de gestion durable (PAGD) qui définit les objectifs prioritaires du SAGE et les moyens pour les atteindre et un règlement qui définit les règles directement opposables aux tiers. Le SAGE a une portée juridique. Il en existe une quinzaine en Rhône-Alpes.
Schéma de cohérence territoriale, SCOT
Document d'urbanisme qui détermine, à l'échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire qui vise à mettre en cohérence l'ensemble des politiques sectorielles notamment en matière d'urbanisme, d'habitat, de déplacements et d'équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé. Il a été instauré par la loi SRU (Solidarité renouvellement urbain) du 13 décembre 2000. La loi Grenelle 2 renforce les objectifs des SCOT : il doit ainsi contribuer à réduire la consommation d'espace (lutter contre la périurbanisation), à préserver les espaces affectés aux activités agricoles ou forestières, à équilibrer la répartition territoriale des commerces et services, à améliorer les performances énergétiques, à diminuer les obligations de déplacement, réduire les émissions de gaz à effet de serre et renforcer la préservation de la biodiversité et des écosystèmes, notamment via la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques.
Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux, SDAGE
Institué par la loi sur l'eau de 1992, le SDAGE est un outil de planification de la politique de l'eau associant tous les acteurs du bassin. Il fixe pour chaque grand bassin hydrographique les objectifs de qualité des ressources en eau et les orientations fondamentales pour atteindre ses objectifs et favoriser une gestion équilibrée de la ressource en eau entre tous les usagers (citoyens, agriculteurs, industriels). Rhône-Alpes est concernée par deux SDAGE, Rhône-Méditerranée (2010-2015) et Loire-Bretagne (2010-2015).
Schéma régional de cohérence écologique, SRCE
La loi Grenelle 2 dispose que dans chaque région un schéma régional de cohérence écologique (SRCE) doit être élaboré d'ici à fin 2012. Il décline les orientations nationales pour la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques. Il vise à préserver, gérer et remettre en bon état les milieux naturels nécessaires aux continuités écologiques.
Schéma régional de gestion sylvicole ou SRGS 
Il indique les méthodes de gestion préconisées pour les différents types de forêts privées rhônalpines. Il s’inscrit dans le cadre des Orientations régionales forestières et fixe les orientations générales de gestion sylvicole auxquelles doivent se conformer les plans simples de gestion. Il a été élaboré en 2005.
Schéma régional des services de transport
Schéma régional qui constitue le cadre de référence de la politique régionale des transports à moyen / long terme (2013 - 2020). Il exprime la vision stratégique de la Région axée sur le service à l’usager et le développement durable pour une meilleure organisation des transports. Il est structuré autour de 5 grands objectifs dont les 3 premiers concernent le maillage du territoire en transport collectif, l'intermodalité et la gouvernance.
Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie, SRCAE
Instauré par la loi Grenelle 2, le schéma régional climat air énergie est un nouveau document d'orientation stratégique qui est élaboré conjointement par l'État et la Région. Il définit les orientations et les objectifs régionaux aux horizons 2020 et 2050 en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de maîtrise de la demande énergétique, de développement des énergies renouvelables, de lutte contre la pollution atmosphérique et d'adaptation au changement climatique. Il est en cours d’élaboration en Rhône-Alpes.
Schéma régional d’aménagement ou SRA 
Il précise les objectifs et la stratégie de gestion durable des forêts des collectivités. Il comprend une analyse des caractéristiques de ces forêts et les recommandations techniques communes. Il a été élaboré par l’ONF en 2006 et vient en application des Orientations régionales forestières. Il sert de cadre pour l’élaboration des aménagements forestiers.
Schémas de massifs
Document d'orientation stratégique interrégional à moyen et long terme, mis en place pour chaque massif (Alpes, Jura, Massif central, Pyrénées, Vosges) à la suite de la loi du 23 février 2005 sur le développement des territoires ruraux.
Schémas départementaux des carrières 
Les schémas départementaux des carrières, élaborés par l’Etat en application du code de l'environnement, définissent les conditions générales d’implantation des carrières en tenant compte des besoins en matériaux, de la protection des paysages, des milieux naturels sensibles et de la ressource en eau souterraine ainsi que de la gestion équilibrée de l’espace tout en incitant à une utilisation économe des matières premières. Les autorisations d'exploitation de carrières doivent être compatibles avec les orientations de ces schémas.
Schémas départementaux des espaces naturels sensibles 
Afin de protéger les milieux naturels, sites et paysages, les Départements peuvent mettre en œuvre une politique de protection, gestion et ouverture au public des espaces naturels sensibles. Cette politique, financée par une taxe, est en général définie par un schéma départemental. C’est un document volontaire. Les Départements de l’Isère, de la Loire, de la Haute-Savoie, de la Drôme, de l’Ardèche en ont élaboré un.
Secrétariats permanents pour la prévention des pollutions industrielles, SPPPI
Ils ont pour mission d'informer et de débattre d'objectifs de réduction sur les risques et pollutions. Ils ont désormais aussi vocation à jouer le rôle de coordination des CLIC. Il en existe sur les agglomérations lyonnaise (SPIRAL) et grenobloise (SPPPY).
SETRA
Service d'études sur les routes, les transports et leurs aménagements (service technique du Ministère en charge de l'écologie).
Seuils de qualité des pesticides dans les ressources en eau
Les normes de qualité de la directive cadre sur l'eau prises en compte dans l'évaluation de l'atteinte du bon état concernent une vingtaine de pesticides pour les eaux superficielles (avec des valeurs propres à chacun d'entre eux)- Pour les eaux souterraines elles portent sur tous les pesticides mesurés (moyenne annuelle inférieure à 0,10 µg/l pour chaque pesticide - à l'exception de quelques substances pour lesquelles les normes sont plus strictes -, et 0,50 µg/l pour le total des substances mesurées). Des limites de qualité sont également fixées dans les eaux brutes destinées à la production d'eau potable (2 µg/l pour chaque pesticide et 5 µg/l pour le total des substances mesurées) et dans l'eau au robinet du consommateur (0,10 µg/l pour chaque pesticide - à l'exception de quelques substances pour lesquelles les normes sont plus strictes -, 0,50 µg/l pour le total des substances mesurées).
Seveso
La directive européenne Seveso I a été édictée en 1982 suite au rejet accidentel de dioxine en 1976 sur la commune de Seveso en Italie. Elle a été complétée depuis, le cadre européen de cette action est dorénavant la directive de 1996 concernant la maîtrise des dangers liés aux accidents majeurs impliquant des substances dangereuses dite directive Seveso 2, et transposée en droit français en 2000. Elle renforce le dispositif de prévention des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses : études de dangers approfondies, politique de prévention, plans de secours interne et externe, maîtrise de l'utilisation des sols afin de réduire les conséquences des accidents majeurs... La directive Seveso distingue des établissements seuil bas à risque et des établissements seuils hauts à haut risque, pour lesquels s'appliquent des contraintes plus fortes.
Seveso '' seuil haut ''
Classement d'un établissement résultant de la directive Seveso II. Il s'agit du classement le plus haut, pour les risques majeurs. Les installations concernées sont soumises à autorisation préfectorale d'exploiter avec servitude d'utilité publique. Dans le langage courant, l'appellation de '' sites Seveso '' fait généralement référence aux sites Seveso '' seuil haut ''.
SGAR
Secrétariat général pour les affaires régionales
SILMAS
Acronyme anglais pour '' Sustainable Instruments for Lakes Management in the Alpine Space '' Outils durables pour la gestion des lacs dans l'espace alpin. Réseau rassemblant les gestionnaires des lacs alpins des différents pays dans un but d'échanges et de développement de pratiques de gestion durables.
SINDRA
Système d'information des déchets en Rhône-Alpes
SINOE
Système d'information et d'observation de l'environnement. SINOE est une base de données sur les déchets créée par l'ADEME et couvre l'ensemble du territoire français.
SITADEL
Système d'information et de traitement automatisé des données élémentaires sur les logements et les locaux du Ministère en charge du logement. Cette base de données recense l'ensemble des opérations de construction à usage d'habitation (logement) et à usage non résidentiel (locaux) soumises à la procédure d'instruction du permis de construire. Cette base de donnée qui permet un suivi historique de la construction neuve depuis 20 ans est exhaustive, contrôlée et enrichie mensuellement.
Site classé
Site naturel ou bâti dont le caractère exceptionnel justifie une protection de niveau national.
Site inscrit
Site dont la qualité justifie une surveillance de son évolution, sous forme d'une consultation de l'architecte des Bâtiments de France sur les travaux qui y sont entrepris. Sa protection est moins contraignante que celle d'un site classé.
Sites gérés
Pour être identifié comme un site géré, un espace doit remplir trois critères : - bénéficier d'une maîtrise foncière ou d'usage - - réaliser des actions concrètes de gestion déclinées du document de référence. - posséder un document de référence dont le but principal est la préservation de l'espace naturel remarquable - Un très grand nombre de sites aux statuts différents correspondent à cette définition.
Sites protégés
Sites bénéficiant soit d'une mesure de protection réglementaire à des fins (directes ou indirectes) de préservation du milieu naturel remarquable, soit d'une protection par maîtrise foncière. Cette définition recouvre : les Réserves Naturelles Régionales les Parcs nationaux les Arrêtés Préfectoraux de protection de biotope (APPB) les réserves biologiques les Réserves Naturelles Régionales Les Espaces Naturels Sensibles.
SITRAM
Système d'information sur les transports de marchandises. La base SitraM du Ministère en charge de l'écologie fournit des données de flux de marchandises annuelles selon le mode de transport, la nature des marchandises, l'origine et la destination.
SO2, Dioxyde de soufre
Polluant atmosphérique issu de la combustion de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole...). Il irrite les muqueuses de la peau et des voies respiratoires supérieures. Il est rejeté dans l'atmosphère par les activités industrielles, dont celles liées à la production d'énergie comme les centrales thermiques. Il est également émis par le chauffage des bâtiments.
Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural, SAFER
Elles permettent à tout porteur de projet viable - qu'il soit agricole, artisanal, de service, résidentiel ou environnemental - de s'installer en milieu rural. Les projets doivent être en cohérence avec les politiques locales et répondre à l'intérêt général. Elles conduisent des opérations foncières (achat, vente de biens agricoles et ruraux). Elles disposent pour cela d'un droit de préemption. Elles facilitent ainsi l'accès des terres aux agriculteurs. Leurs actions peuvent aussi contribuer à la préservation des espaces naturels.
SOeS
Service de l'observation et des statistiques du Ministère en charge de l'écologie.
Solde migratoire
Différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année (source : INSEE)
Solde naturel
Différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période sur un même territoire.
Solvants halogénés
Un solvant est un liquide capable de dissoudre un autre liquide, un solide ou un gaz. Les solvants halogénés ont la particularité de contenir du chlore ou du fluor.
SPIRAL
Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles de l'agglomération lyonnaise.
SPPPY
Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles de l'agglomération grenobloise.
SQCE
Système européen d'échange de quotas d'émissions de gaz à effet de serre mis en place en 2005. Un plafond d'émission est fixé pour les entreprises concernées. Dans ce cadre, les entreprises dépassant leur seuil autorisé d'émissions peuvent acheter les crédits non utilisés par les établissements plus performants sur le plan environnemental.
STEP
Station d'épuration des eaux usées
stratégie foncière régionale
Pour assurer un développement équilibré et solidaire de l’ensemble de son territoire, la Région Rhône-Alpes a adopté le 14 octobre 2011 une nouvelle politique foncière innovante. L’objectif de la Région est de : préserver les espaces naturels et agricoles et agir pour l’augmentation du nombre d’exploitations agricoles ; lutter contre l’étalement urbain et favoriser le développement économique par la reconquête des friches industrielles ; combattre le déficit de logements ; rééquilibrer les usages du sol en secteur de montagne en mettant en œuvre de nouveaux modèles économiques de développement.
Stratégie nationale de création des aires protégées
Stratégie mise en place à la suite de la loi Grenelle 1 et dont l'objectif est de réduire la perte de la biodiversité à l'échelle nationale, par la création de nouvelles zones réglementaires (Arrêté Préfectoral de Biotope et de Géotope, Réserve Naturelle Nationale et Régionale, Coeur de Parc National) comblant les lacunes du réseau actuel. Elle est en cours d’élaboration en Rhône-Alpes.
Stress hydrique
Pour les végétaux, insuffisance d'eau absorbée due à un stimulus extérieur (sécheresse, froid, salinité de l'eau...)
STRMTG - FIRM
Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés - Fichier informatisé des remontées mécaniques. Base de données sur les remontées mécaniques.
Surface agricole utilisée, SAU
Composée des terres labourables, des cultures permanentes ou non (y compris les terrains en préparation et en jachère), des pâturages (ou '' surfaces toujours en herbe '') et des jardins familiaux.
SYTRAD
Syndicat de traitement des déchets Ardèche-Drôme

T

tarification incitative 
Modalités de tarification de la gestion des déchets intégrant la quantité de déchets collectés pour établir la facturation des usagers. Elle traduit l’application du principe pollueur – payeur aux usagers du service. La loi de programme relatif à la mise en œuvre du Grenelle Environnement (Grenelle 1) de 2009 rend obligatoire l’intégration par les collectivités d’une part incitative dans le financement de la gestion des déchets.
Teruti et Teruti-Lucas
Teruti (pour UTIlisation du TERritoire) est une enquête de terrain, réalisée tous les ans par les services du Ministère en charge de l'agriculture. En 2006, elle devient Teruti-Lucas (pour Land Use/Cover area frame statistical Survey), définissant un nouvel échantillon d'enquête et se mettant en cohérence avec la nomenclature de l'enquête européenne Lucas. Elle permet de suivre l'évolution des différentes catégories d'occupation (sol bâti, cultivé, boisé...) et d'usage des sols (habitation, loisirs, élevage,...) à partir d'un ensemble de points constituant un échantillon représentatif du territoire national.
TMD
Transport de matières dangereuses
Tonne-équivalent-pétrole,Tep
1 tep représente la quantité d'énergie contenue dans une tonne de pétrole brut. Cette unité est utilisée pour exprimer dans une unité commune la valeur énergétique des diverses sources d'énergie.
Tourbières
Zone humide caractérisée par l'accumulation progressive de la tourbe, à très forte teneur en matière organique majoritairement végétale, peu ou pas décomposée. Cette caractéristique fait des tourbières des puits de carbone et des milieux propices au développement d'une biodiversité élevée.
TWh
Milliard de kilowattheure (kWh). Unité d'énergie utilisée pour mesurer la production d'électricité.

U

UNESCO
Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
UNICEM
Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction.

V

Valorisation matière
Utilisation de tout ou partie d'un déchet en remplacement d'un élément ou d'un matériau.
Valorisation organique
Utilisation pour amender les sols de compost, digestat ou autres déchets organiques transformés par voie biologique.
VNF
Voies navigables de France.
Vulnérabilité
Dans le domaine des risques, la vulnérabilité exprime le niveau d'effet prévisible d'un phénomène naturel ou technologique (aléa) sur des enjeux.

Z

ZAP
Zones agricoles protégées.
ZAPA
Zones d'actions prioritaires pour l'air.
Zone Atelier Alpes
Dispositif de recherche mis en place entre plusieurs partenaires scientifiques (dont le CNRS, le CEMAGREF...) pour comprendre les relations entre une société et son environnement, les dynamiques couplées entre les écosystèmes alpins, leurs usages et climats. Les travaux se concentrent sur deux sites : le Vercors et l'Oisans.
Zone biogéographique
La biogéographie est l'étude de la répartition réelle et potentielle des espèces et de son évolution. On distingue quatre zones biogéographiques en France métropolitaine : alpine, continentale, atlantique et méditerranéenne.
Zone de développement de l'éolien, ZDE
Instaurée par la loi relative aux orientations de la politique énergétique de 2005, la zone de développement de l'éolien permet aux éoliennes qui y sont implantées de bénéficier de l'obligation d'achat de l'électricité produite. Créée par arrêté préfectoral sur proposition des collectivités, elle ne préjuge pas des autorisations nécessaires à la construction des éoliennes. Les ZDE constituent d'une certaine manière des outils de prévision et de planification.
Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, ZPPAUP
Instaurée en 1983 et étendue au paysage par la loi Paysage de 1993. La ZPPAUP est un outil de protection ou de mise en valeur du patrimoine qui ne se limite pas au seul patrimoine bâti. Elle délimite un secteur plus particulièrement sensible sur le plan architectural et paysager. Définie après délibération du conseil municipal, enquête publique et avis de la commission régionale du patrimoine et des sites, elle constitue une servitude annexée au PLU et s'impose aux opérations de construction et d'aménagement. Suite à la loi portant engagement national pour l'environnement de juillet 2010 (dite loi Grenelle 2), les ZPPAUP deviennent des aires de mise en valeur de l'Architecture et du Patrimoine (AMVAP). L'AMVAP est élaborée selon les mêmes principes que la ZPPAUP. Les objectifs du développement durable et l'intégration des problématiques énergétiques sont renforcés.
Zone importante pour la conservation des oiseaux, ZICO
Dans le cadre de la directive européenne du 6 avril 1979 relative à la conservation des oiseaux sauvages, dite directive Oiseaux et pour pouvoir identifier plus aisément les territoires stratégiques pour son application, l'État français a fait réaliser un inventaire des ZICO. Cet inventaire n'a pas de portée réglementaire. Cependant, pour répondre aux objectifs de la directive, chaque État doit désigner des Zones de protection spéciale (ZPS) destinées à intégrer le réseau Natura 2000. Ces désignations sont effectuées notamment sur la base de l'inventaire ZICO.
Zone vulnérable
Secteur où la pollution des eaux par le rejet direct ou indirect de nitrates d'origine agricole et d'autres composés azotés susceptibles de se transformer en nitrates, menace à court terme la qualité des milieux aquatiques et plus particulièrement l'alimentation en eau potable. La délimitation de ces zones découle de l'application de la directive européenne nitrates de 1991 relative à la prévention et à la réduction des nitrates d'origine agricole.
Zones humides
Au sens du code de l'environnement, terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau, de façon permanente ou temporaire - la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l'année.
Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique, ZNIEFF
L'inventaire des ZNIEFF est un inventaire national établi à l'initiative et sous le contrôle du Ministère chargé de l'écologie. Il constitue un outil de connaissance du patrimoine naturel de la France. L'inventaire identifie, localise et décrit les territoires d'intérêt patrimonial pour les espèces vivantes et les habitats. L'inventaire des ZNIEFF est un outil de connaissance. Il ne constitue pas une mesure de protection juridique directe. Les ZINEFF de type 1 sont des secteurs de superficie en général limitée, définis par la présence d'espèces, d'associations d'espèces ou de milieux rares, remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel national ou régional. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches ou peu modifiés, ou offrant des potentialités biologiques importantes. Elles se distinguent de la moyenne du territoire régional environnant par un contenu patrimonial plus riche et un degré d'artificialisation plus faible.
ZPS
Zone de protection spéciale du réseau Natura 2000. Les ZPS sont définies dans le cadre de la directive européenne Oiseaux du 2 avril 1979.
ZSC
Zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000. Les ZSC sont définies dans le cadre de la directive européenne Habitats faune flore du 21 mai 1992.