Accueil>...>Des nuisances urbaines et liées aux transports terrestres mieux connues et intégrées à l'aménagement des territoires>Des actions correctives coûteuses et une protection des zones de calme au travers des plans de prévention du bruit dans l'environnement

Des actions correctives coûteuses et une protection des zones de calme au travers des plans de prévention du bruit dans l'environnement

Les actions curatives de réduction sonore consistent dans le traitement des infrastructures par des chaussées moins bruyantes, des murs ou des merlons anti-bruit, le renforcement de l'isolation acoustique des façades situées à proximité des sources de bruit...

Outre l'élaboration des cartes stratégiques du bruit, la directive européenne du 25 juin 2002 impose la réalisation de plans de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE). Ils visent à prévenir les effets du bruit, à réduire, si besoin, les niveaux de bruit, ainsi qu'à protéger les zones de calme. Ils sont établis à partir des cartes de bruits stratégiques et de l'identification des points noirs de bruit. Ils sont obligatoires pour l'ensemble des infrastructures routières et ferroviaires et des agglomérations pour lesquelles ces cartes doivent être établies, et ce aux échéances correspondantes.

Des mesures de résorption des points noirs sont planifiées dans le cadre de ces PPBE dont le suivi est réalisé par les observatoires départementaux du bruit. Les PPBE de la compétence de l'Etat, concernant les autoroutes et routes nationales, les voies ferrées et aéroports, ont été adoptés ou sont en voie de l'être dans l'ensemble des départements rhônalpins, l'Ain mis à part. Les 3 grandes agglomérations (Grand Lyon, Saint-Etienne Métropole et la Métro-Grenoble Alpes Métropole) ont publié leur PPBE mais nombre de plans restent à élaborer par les Départements et les communes concernées. Les agglomérations d'Annecy, Chambéry, Annemasse et Valence sont concernées par l'échéance du 18 juillet 2013.

Outre la diminution de l'exposition au bruit, les PPBE ont aussi pour vocation la préservation de zones de calme, particulièrement étendues en Rhône-Alpes. L'augmentation du bruit dans ces zones de calme peut être liée en particulier au développement des sports et loisirs motorisés (chemins ruraux et forestiers, plans d'eau, stations de ski, ...).
La réglementation impose par ailleurs la prise en compte du bruit dans les projets d'infrastructures routières et ferroviaires, et pour la construction de nouveaux bâtiments situés à proximité des voies faisant l'objet d'un classement. Des prescriptions d'isolement acoustique des bâtiments sont alors imposées aux constructeurs.

Les actions correctives consistent en mesures de protection à la source (écrans anti-bruit, talus, tranchées, revêtements de chaussées...) ou d'isolation de façades.

La réduction des « points noirs » de bruit liés aux infrastructures de transports, notamment en milieu urbain, passe également par la mise en oeuvre de politiques de déplacements prenant en compte les nuisances sonores liées au trafic routier. La loi GrenelleDans le cadre du profil environnemental de la région Rhône-Alpes, utilisé pour désigner le '' Grenelle de l'environnement ''. Initié en 2007, le Grenelle de l'environnement a réuni pour la première fois, l'État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Une première phase de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes organisées en 5 collèges (État, élus, représentants des entreprises, organisations syndicales de salariés, associations et fondations de protection de l'environnement) a permis d'aboutir à 268 engagements en faveur de l'environnement. 34 comités opérationnels ont ensuite travaillé pour proposer des actions concrètes pour la mise en oeuvre des engagements. La traduction législative des engagements du Grenelle Environnement s'est faite principalement à travers deux lois : la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement dite loi Grenelle 1 promulguée le 3 août 2009, et la loi portant engagement national pour l'environnement dite loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010. Le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE), placé auprès du Ministre en charge de l'écologie assure le suivi de la mise en oeuvre des engagements du Grenelle et apporte son concours à la politique du Gouvernement en faveur du développement durable. 1 fixe l'objectif de résorption des points noirs du bruit les plus préoccupants pour la santé dans un délai maximal de 5 à 7 ans.

protection ecran acoustique protection ecran acoustique 2 prototype ecran anti bruit
  • A gauche : écran acoustique quartier Bellevue Solaure, Saint-Etienne (photo : DDTDirection départementale des territoires Loire)
  • Au centre : écran acoustique quartier de la Marandinière, Saint-Etienne (photo : DDT Loire)
  • A droite : prototype d’écran anti-bruit végétalisé, expérimenté quai Fulchiron à Lyon (dans le cadre du projet européen Hosanna) (photo : Acoucité)
Focus